Bulbe 

  • Anémones
    Anémones

    L’anémone de Grèce, une fleur à mettre en lumière

     Belle fleur à bulbe, l’anémone de Grèce est une plante qui ravit beaucoup de jardiniers débutants ou expérimentés. Originale et décorative, cette plante représente un élément décoratif de taille pour des rocailles, bordures, ou des bouquets de massifs. Vous profiterez de sa floraison prolongée au printemps ou lors de la chaude saison. Appartenant à la famille des renonculacées, cette anémone a pour nom latin, Anémone Blanda. Il s’agit d’une plante vivace à tubercules. Mesurant à taille adulte entre 5 et 30 centimètres, cette plante peut être plantée dans un sol ordinaire et bien drainé. Elle est toutefois une plante toxique, notamment son feuillage aussi prenez des précautions avec les enfants.

     

    Quand planter votre anémone de Grèce ?

     Cette anémone de Grèce fleurit entre le mois de mars et mai ou en septembre et octobre. Il est préférable de la planter au printemps ou en automne, la saison automnale étant la période davantage conseillée. Vous opterez pour un lieu avec un sol suffisamment drainé, et même sableux. Ainsi, il faudra réduire au maximum l’humidité, cette plante n’apprécie pas du tout les excès d’eau, pouvant entrainer la pourriture des bulbes. En ce qui concerne la distance de plantation, vous pourrez planter votre bulbe à environ 5 centimètres de profondeur. Vous aurez aussi à respecter un écart de 10 centimètres entre les bulbes. Disposant d’un balcon ou d’une terrasse, votre agapanthe pourra se développer aussi parfaitement en jardinière ou en bac.

     

    Comment procéder à la multiplication de la plante ?

     La plante peut être multipliée tous les deux ou trois ans. Cette action permet de régénérer les pieds de vos pivoines et de leur apporter de la vigueur, notamment pour les bulbes anciens. Il est aussi conseillé de multiplier les anémones en divisant la touffe à la fin de l’été ou au printemps. De cette façon, vous obtiendrez une multitude de fleurs à partager avec vos proches ou à replanter dans d’autres emplacements de votre jardin ou terrasse.

     

    Comment bien entretenir son anémone de Grèce ?

     L’anémone de Grêce ne requiert pas de taille précise, vous ôterez ainsi les fleurs fanées pendant la saison de floraison. Cette action permet de booster la création de nouveaux boutons, donc de nouvelles fleurs. Quand le feuillage est fané, vous aurez à rabattre ce dernier de manière plus courte notamment avant la saison hivernale. Vous protégerez aussi les pieds avec un paillis composé de fleurs séchées. Il est vrai que les anémones ont diverses périodes de floraison, entre le printemps et l’automne. L’anémone de Grèce offre une floraison entre le printemps et l’été. Les anémones qui fleuriront au début du printemps, sont l’anémone blanda, ou l’anémone de Grèce, anémone Apennina, anémone Coronaria, ou encore anémone de Caen et anémone des fleuristes.

    D’autres variétés d’anémones montrent leur floraison en été ou en automne : la fameuse et très appréciée anémone du Japon, l’anémone rivularis ou encore l’anémone Bupehensis. Ces fleurs sont aussi idéales dans les bordures, en sous-bois ou pour réaliser un tapis ornemental. Dotées de fleurs blanches ou bleues, les anémones existent aussi en version violette ou rouge pour quelques espèces récentes. Ces anémones aux coloris originaux fleurissent en avril et en mai.

  • Alliums
    Alliums

    Les alliums représentent des bulbes magnifiques avec une hauteur sans pareille. Valorisée pour ses hampes florales de grande ampleur et décoratives, l’allium est véritablement une superbe fleur. Cette plante est idéale en pots, jardinières ou en massifs, et aussi pour décorer des balcons et terrasses.

     Appréciant les expositions ensoleillées notamment dans un sol ordinaire, l’allium vous fera part de sa floraison divine. De la famille des lilliacées, cette plante vivace a pour nom botanique allium giganteum. Elle peut pousser à une hauteur de 20 à 100 centimètres de hauteur. Elle vous offrira sa généreuse floraison à la belle saison entre mai et juillet.

     

    Quelles sont les recommandations pour planter l’allium ?

     L’allium peut être planté au début de l’automne et pendant toute la saison, à 10 ou 12 centimètres de profondeur. Vous lui choisirez un sol léger. Appréciant les situations ensoleillées, l’allium peut être aussi planté dans une terre plutôt pauvre. Pour vous indiquer la profondeur de multiplication à suivre, vous aurez à multiplier la taille de votre bulbe par 3. Si ce bulbe mesure 5 centimètres de hauteur, il faudra alors les planter à environ 15 centimètres de profondeur. Il est recommandé de les planter par groupes de 10 ou 15 bulbes et vous constituerez de belles tâches colorées. Espacez les bulbes d’une distance de séparation égale à 20 centimètres.

     

    Quel entretien pour l’allium ?

     L’allium révèle un entretien très simple, les soins à apporter à cette bulbeuse sont réduits. Une belle floraison vous récompensera de votre plantation, qu’il soit en pot ou en terre et vous n’aurez pas obligatoirement à lui procurer beaucoup de soins. Il faut aussi couper toutes les fleurs fanées lors de la floraison et vous couperez les tiges au ras du sol. Le feuillage doit être coupé que lorsqu’il est jauni. En effet, à ce moment-là il aura à accumuler toutes les réserves nécessaires à sa floraison printanière. L’allium ne nécessite pas non plus d’engrais.

    Les feuilles de vos alliums pourront faner avant et durant la floraison de ses grandes ombelles. Il est aussi important de planter quelques vivaces tapissantes aux pieds de vos alliums, vous les recouvrirez avec des feuilles fanées pour ne pas laisser la tige dépasser. Quant à la culture de l’allium en pot, vous n’arroserez pas de manière régulière, les besoins en eau seront ainsi plus conséquents car la terre en pot s’assèche plus rapidement.

     

    Quelle est l’origine de l’allium ?

     Plante vivace, l’allium pousse assez facilement offrant de jolies vivaces bleu violacé, atteignant entre 20 et 30 centimètres. L’ail d’ornement provient d’Asie et d’Europe. Il appartient à la même espèce que l’ail comestible, l’oignon, la ciboulette, l’échalote ou aussi le poireau. Les diverses variétés présentent des fleurs magnifiques regroupées en boules avec une couleur et une taille qui varie en fonction des espèces.

    Le long d’un mur, en bordure ou en massifs, et aussi en touffe isolée, l’effet décoratif est assuré ! Avec une belle hauteur, l’allium giganteum est parfait pour les fonds de massifs notamment. Il s’utilise aussi en fleurs coupées pour composer de jolis bouquets, son feuillage est aussi magnifique.

     

    Quels conseils malins suivre en matière de culture d’alliums ?

     En ce qui concerne les variétés les plus grandes, il est tout à fait possible de les tuteurer et particulièrement la tige. Vous lui éviterez d’être couché avec le vent. Le bambou est ainsi recommandé pour ce type de tuteurage. Le bambou permet de ne pas rompre l’esthétisme.

  • Camassias
    Camassias

    Le Camassia est une magnifique fleur de la saison printanière et faisant partie de la famille des fleurs à bulbe. Originaire d’Amérique du Nord ainsi que du Canada, cette plante n’est pas très courante dans les jardins français. Cette magnifique vivace est notamment parfaite pour créer de magnifiques tapis bleus. Les premières fleurs sont visibles dès le mois de mai avec une hauteur pouvant atteindre parfois 120 cm. Il faut savoir également que le Camassia peut également se revêtir d’une belle couleur blanche et non uniquement bleue, cela va notamment dépendre de la variété de Camassia.

    Comment l’associer ?

    Le Camassia est une plante totalement incroyable. Elle peut être associée à d’autres plantes pour créer un magnifique jardin. Que ce soit aux côtés des tulipes, de plantes vivaces ou annuelles, elle sera toujours mise en valeur tout en mettant les autres également en avant. On associe généralement le Camassia aux pavots de Californie, permettant ainsi de créer un magnifique contraste. Si vous désirez créer une sorte de prairie dans votre jardin, n’hésitez pas à planter quelques bulbes dans un petit coin. Ces derniers vont alors former de belles tâches de couleur. Si vous désirez, vous pouvez également mélanger les différentes variétés de Camassia pour créer un massif totalement original.

    Comment la cultiver ?

    1-    Comment procéder à la plantation ?

    Le Camassia est une plante très facile à cultiver et c’est pour cela que les jardiniers amateurs l’apprécient. Vous devez planter le Camassia au cours de l’automne, dans une zone ensoleillée ou semi-ombragée, et à environ 10 centimètres sous terre. Le sol doit impérativement être fertile, drainé, mais également frais. Au cours de la plantation, vous devez planter vos bulbes à 20 centimètres les uns des autres. Cela permettra notamment aux bulbes de pouvoir se développer convenablement et de pouvoir se multiplier. Attention, si votre sol n’est pas correctement drainé, vos bulbes pourraient pourrir au cours de la saison hivernale.

    2-    Quels sont les soins nécessaires ?

    Le Camassia n’a pas besoin de soins en particulier, mis à part une taille qui doit être réalisée une fois par an. Cela consiste notamment à supprimer toutes les fleurs fanées pour que cela soit plus joli à regarder. Attention, vous devez attendre que les feuilles soient desséchées pour couper votre Camassia, car c’est grâce au feuillage que cette plante peut réaliser ses propres réserves.

    Sachez que le Camassia n’est pas une plante qui craint le gel, et c’est un véritable avantage. Pour cela, vous pouvez laisser votre Camassia en pleine terre durant l’hiver sans aucun problème. Cependant, si vous vivez dans une région où le froid dure plus longtemps que la normale, il est alors recommandé de pailler le sol.

    Que dois-je faire pour résumer ?

    Voici tout simplement ce que vous devez faire pour cultiver un Camassia comme il se doit et mettre toutes les chances de votre côté pour que ce dernier puisse fleurir :

    -       Exposition ensoleillée ou semi-ombragée

    -       Sol fertile, drainé et frais

    -       Culture possible dans toute la France

    -       Plante très résistante face aux maladies

    Quelles sont les différentes variétés de Camassia ?

    Voici les différentes variétés de Camassia qui existent sur le marché :

    -       Camassia cusickii : bleu acier

    -       Camassia esculenta : bleu vif

    -       Camassia esculenta « Orion » : bleu foncé

    -       Camassia leichtlinii : blanc crème

    -       Camassia leichtlinii « Semiplena » : fleurs semi-doubles

    -       Camassia fraseri : fleurs étoilées blanches, bleues ou violettes

  • Chionodoxa
    Chionodoxa

    Le chionodoxa ou gloire des neiges est une plante trop rarement cultivée dans les jardins. En effet, elle demeure assez peu connue encore. Le chionoxa est une plante superbe qui orne parfaitement les massifs, parterres ou potées décoratives de terrasses. Vous réaliserez sa facilité de culture. Cette ravissante plante bulbeuse possède une floraison en forme d’étoiles, elle est aussi souvent plantée en rocailles, bordures ou massifs. Au printemps, elle vous fera part de ses jolies fleurs très caractéristiques. Son tapis d’étoiles vous ravira, cette plante est idéale également pour tapisser des parterres.

     

    Quelle est l’origine du chionodoxa ?

     Cette plante bulbeuse provient du bassin méditerranéen, de Crète, elle est aussi originaire de Chypre, et de l’Ouest de la Turquie. Elle pousse en ces différents lieux, dans des bois clairs ou sur des versants de montagnes. Cette plante vivace forme partie de la grande famille des Liliacées, avec 6 espèces de plantes à la taille réduite, elles ont pour particularité de pousser en petites touffes.

     

    Comment décrire le chionodoxa ?

     Son feuillage s’avère être très vert, il laisse apparaître aux prémices du printemps, des tiges avec des grappes de petites tailles portant de ravissantes fleurs étoilées. Sa floraison au début du printemps explique son surnom, « Gloire des neiges ». En fonction des variétés, les fleurs ont pour coloris le bleu ou le rose pâle un brin romantique avec un cœur blanc pur, un résultat très délicat !

    Les plantes peuvent pousser à une hauteur de 20 centimètres, au maximum. Elles dévoilent des touffes parfaites pour orner des rocailles ou bordures d’allées. Ces fleurs peuvent aussi marquer les courbes pour un « mixed border » ou des massifs décoratifs. Si vous le souhaitez, elles peuvent être combinées à des ophiopogons ou des narcisses de petite taille. Le chionodoxa peut être cultivé également sur un balcon ou en pots. Il apportera ainsi une note d’originalité pour vos créations fleuries avec des pensées et primevères.

     

    Quelle est la culture du chionodoxa ?

     Le chionodoxa est une plante bulbeuse et comme toutes ses congénères, elle nécessite un sol plutôt bien drainé. La variété chionodoxa nana n’accepte aucune humidité, surtout au niveau de ses racines. Il nécessitera un mélange sableux. Cette plante est rustique et elle sera parfaitement à l’aise dans une serre alpine. Au contraire, les autres espèces sont plus rustiques, et offre une culture aisée. Vous pourrez les placer en terre à l’automne, à mi ombre ou au soleil, si vous vivez dans le Sud. Dans ces régions, le chionodoxa apprécie les sols drainés, ils devront être plantés à 5 ou 8 centimètres de profondeur.

    Si votre sol est lourd, il retiendra trop d’eau, un excès d’humidité pourra faire pourrir votre plante. Aussi, pensez à amender le sol avec du sable de rivière, révélant une granulométrie moyenne. Puis, aucun entretien n’est requis pour le développement des fleurs. Cette plante pousse et elle tend aussi à se naturaliser seule. En massifs, le chionodoxa décorera parfaitement des pieds d’arbustes paysagers ou aussi de grands espaces de pelouse, si vous le plantez en petits groupes.

     

    Comment se passe la plantation en pot ?

     Pour une plantation en pot, il faudra alors lui apporter un mélange plutôt léger avec du sable pour la moitié et de la terre de jardin pour l’autre moitié. De plus, ne placez pas de coupelle sous votre pot car la retenue d’eau pourrait faire pourrir votre chinodoxa. Il est conseillé ensuite de l’arroser avec modération et de laisser sécher la terre entre 2 apports d’eau. Vous lui offrirez un aspect décoratif tout au long de la floraison, et, pour ce faire, vous pourrez couper les tiges fanées. Le feuillage doit être entièrement sec avant de le couper, que votre plante soit plantée en pot ou en terre. De cette manière, les bulbes constitueront leurs réserves pour la prochaine floraison.

     

    Quels sont les conseils pour multiplier le chinodoxa ?

     Si vous souhaitez réaliser la multiplication de la plante, vous aurez à semer les graines pendant l’été, elles arriveront ensuite à maturité, si vous leur proposez un mélange léger. Ensuite, sous un châssis, vous les planterez en pots, à l’ombre. Les plantes provenant de semis demandent un peu plus de temps pour fleurir, il faudra être patient ! Lors de la saison estivale, vous aurez à diviser les touffes et ensuite vous séparerez les bulbilles.

     

    Quelles sont les variétés de chionodoxa ?

    Cette plante bulbeuse à la rusticité bonne est résistante et aucune maladie ou parasite ne sont à déclarer pour cette plante. Parmi les variétés les plus connues, on peut citer le Chionodoxa luciliae (ou Chionodoxa forbesii). Il s’agit d’une espèce très rustique avec des fleurs au joli coloris bleu et cœur blanc. Elles peuvent mesurer entre 10 et 20 centimètres de hauteur. Ensuite, il est possible de souligner le Chionodoxa luciliae 'Pink Giant' offrant des fleurs roses avec un délicieux centre blanc mesurant 2 centimètres de diamètre. Le chionodoxa nana est une espèce délicate et plutôt moyennement rustique. Elle aussi déploie lors de sa floraison, des fleurs bleutées de 25 centimètres de hauteur.

    Enfin, le Chionodoxa sardensis est très rustique. Cette plante présente de belles grappes avec des fleurs pendantes à la nuance bleu clair et mesurant à taille adulte entre 10 et 20 centimètres de hauteur.

  • Crocus de printemps
    Crocus de printemps
  • Cyclamens
    Cyclamens

    Cette petite plante merveilleuse est fortrépandue, notamment en raison de sa floraison à la saison automnale. Il est vrai qu’un entretien adapté de la plantation à la floraison, aura des répercussions sur sa floraison et sa croissance.  Le cyclamen mérite le détour, offrant sa taille réduite au regard des admirateurs de jardin paysagers et ornementaux.

     

    Quelles caractéristiques pour le cyclamen ?

     Le cyclamen, bulbe de printemps, fait partie de de la famille des primulacées. Il fleurit entre le mois de novembre et le mois de mars, et vous offrira de belles fleurs s’il est cultivé dans de bonnes conditions, c’est-à-dire une situation mi ombragée. Ce charmant élément décoratif du jardin peut mesurer à maturité entre 5 et 10 centimètres.

     

    Quelle plantation est adaptée au cyclamen ?

     Un sol léger et drainé est nécessaire pour aider le cyclamen à se développer. Il faut aussi les planter au début de l’automne. Pensez à espacer les bulbes de 10 à 20 centimètres, et les enterrez à une profondeur de 3 ou 4 centimètres. Le cyclamen est fréquemment planté en pot, offrant un bel effet décoratif également en jardinières. Il faudra le placer dans un emplacement à mi ombre. Il est aussi recommandé de couvrir le bulbe de manière superficielle avec du terreau et de la terre. Si vous souhaitez achetez des cyclamens fleuris, vérifiez la présence de boutons en formation, vous aurez ainsi une floraison plus longue.

     

    Comment réaliser le semis de cyclamens ?

     Quant au semis de cyclamens, il peut être réalisé en récupérant des graines à l’ouverture des capsules. Le semis est aisé, vous placerez ensuite les graines dans des pots contenant du terreau. Pensez à tremper les graines auparavant quelque temps dans une eau tiède, cela facilitera la germination. Vous pouvez aussi apprécier votre cyclamen en intérieur, vous profiterez ainsi de sa floraison ravissante, veillez à le placer dans un lieu lumineux toutefois à l’abri du soleil direct. Il faut aussi éviter les sources de chaleur trop proches, telle une fenêtre au sud ou un chauffage. Dans votre maison, véranda ou patio, le cyclamen appréciera une température entre 16 et 18 degrés. Il ne tolère pas trop la chaleur et aime la fraîcheur à la nuit tombée. Votre cyclamen pourra ainsi offrir une belle et longue floraison entre septembre et mai, soit 9 mois, un record !

     

    Comment entretenir les cyclamens ?

    Les cyclamens, lors de leur floraison, mérite un nettoyage au fur et à mesure. Il faut ainsi supprimer l’ensemble des fleurs fanées et jaunies ; en fait, il faut ôter la tige portant la fleur, vous effectuez pour ce faire une petite rotation d’un coup sec. Opération capitale car un bout de tige fanée restant peut faire pourrir les bulbes.

    Aussi, si votre objectif est une floraison spectaculaire, vous ajouterez une fois dans la semaine un peu d’engrais spécial plantes fleuries. L’arrosage du cyclamen, dans votre maison, doit être fait une fois que la terre est bien sèche, entre chaque arrosage. Il faut surveiller tout excès d’eau, noyant la plante. Ainsi, 2 à 3 arrosages par semaine sont conseillés. En extérieur, normalement la pluie constitue un arrosage suffisant, à l’exception de période de chaleurs intenses ou de sécheresse particulièrement prolongée.

     

     Quels soins apporter après la floraison ?

     Au début du printemps, la plante entre dans une période dite de dormance. Vous pourrez provoquer ainsi la nouvelle floraison, l’automne suivant. Il faut alors conserver le bulbe pendant l’été, au repos, placez-le dans un lieu sec frais et sombre. Au retour des premiers froids, entre septembre et octobre, votre cyclamen fleurira à nouveau.

     

    A quelles maladies est confronté le cyclamen ?

     Des symptômes sont à surveiller et laissent à penser que votre cyclamen est malade, comme par exemple le dessèchement des feuilles. Si elles ont un aspect brûlé ; un excès de soleil peut être à l’origine de cette détérioration. Il faudra alors protéger la plante des rayons trop brûlants du soleil. Si les feuilles tendent à flétrir, votre plante montre une mine grise alors un trop plein d’eau peut être la cause comme également la proximité d’un chauffage ou trop de chaleur.

    Si le feuillage jaunit, le cyclamen manque certainement d’engrais, en effet, il faudra alors lui apporter de la nourriture. Tâches sur les feuilles : signe d’un excès d’humidité, il faudra alors interrompre les arrosages du feuillage et des fleurs pendant un certain temps. Si les fleurs sont moins éclatantes, il est préférable de retirer les fleurs fanées et apporter un peu d’engrais, à raison d’une fois par semaine. Il est important de réaliser un apport avec de l’engrais organique spécifique pour plantes fleuries, cet apport facilite l’épanouissement de la plante tout comme sa floraison.

  • Eremurus (Lis des steppes)
    Eremurus (Lis des steppes)

    Peu courante dans nos jardins, l’Eremurus est pourtant une plante très attractive. En effet, elle ne nécessite pas d’entretien spécifique et s’avère très résistante. L’Eremurus est une plante à hampe florale qui lui permet d’avoir un aspect totalement incroyable. Généralement utilisé dans les massifs, cette plante peut aussi être utilisée de différentes manières. L’Eremurus est une plante idéale pour tout ce qui est ornementale. Faisant partie de la famille des Liliacées, cette plante est originaire d’Asie centrale. Pouvant atteindre un mètre de hauteur, cette plante disparaît cependant au cours de la saison hivernale. Petit conseil : évitez tout de même de placer cette plante au milieu d’autres racines naturelles, car elle n’apprécie pas la concurrence.

    Comment cultiver l’Eremurus ?

    L’Eremurus également appelé lis des steppes est une plante rustique qui résiste à des températures pouvant atteindre moins 20 degrés. En effet, cela lui confère notamment l’avantage de pouvoir être cultivée dans toutes les régions de France, même les plus froides. Afin de réussir votre plantation, vous devez bénéficier d’un sol drainé, mais également d’un emplacement ensoleillé et où le vent ne peut pas s’engouffrer. En effet, si l’Eremurus est exposé au vent, cela risque notamment de casser sa hampe florale. Sachez que cette plante supporte les sols calcaires et pauvres, mais qu’elle ne s’adapte pas lorsque le sol est trop humide.

    Concernant la plantation, cette dernière doit être réalisée au cours de l’automne. Pour cela, creusez un trou sur 20 cm de profondeur et déposez une couche de graviers dans le fond. Il vous suffit ensuite d’ajouter une couche de terre de votre jardin puis du sable. Pour finir, veuillez déposer le tubercule à plat. La dernière étape consiste à reboucher votre trou avec de la terre de votre jardin pour que la plante soit enterrée à environ 5 cm. C’est notamment tout ce que vous devrez faire, car l’Eremurus ne demande aucun entretien, ce qui est plutôt avantageux.

    Sachez tout de même que si vous êtes confronté à une sécheresse, il sera alors nécessaire d’arroser votre plante une fois dans la semaine uniquement. Si vous l’arrosez trop au cours de la saison hivernale, vous pourriez alors la tuer. Faites donc attention !

    Comment la faire se multiplier ?

    Si vous désirez procéder à un semis, il vous suffit d’attendre l’automne et de récolter les graines mûres. La semence s’effectue via un châssis froid. Vous pourrez alors voir les premières plantules apparaître au cours de la saison printanière. La seconde méthode consiste à avoir recourt à la division des souches. Cette méthode est notamment plus rapide et efficace. Vous devrez pratiquer cette technique tous les 4 ans. Vous pourrez constater que des bourgeons émergeront alors des souches. Il vous suffit ensuite de couper la souche à l’aide d’un couteau aiguisé et de replanter le tout directement dans votre jardin en pleine terre. Bien évidemment, n’oubliez pas de respecter une distance raisonnable entre chaque plantation afin que chaque plante puisse convenablement se développer.

    À titre informatif, il existe 50 espèces différentes d’Eremurus, de différentes couleurs.

  • Erythroniums
    Erythroniums
  • Fritillaires
    Fritillaires

    Fleur à bulbe, la fritillaire est très originale et parfaite pour orner votre jardin. Sa florescence totalement spectaculaire s’adapte à tous les types de climats. Grâce à sa floraison précoce, la fritillaire est une des premières fleurs qui fleurit au cours du printemps. Elle sera donc la toute première à décorer votre extérieur. La fritillaire existe sous différentes formes d’espèces, mais elles fleurissent toutes au cours de la saison printanière.

    Comment planter la fritillaire ?

    Si vous désirez vous lancer dans la plantation de fritillaire, il est recommandé de planter ces plantes entre le mois de septembre et octobre, et cela à environ 10 cm de profondeur au moins. Ce que vous devez retenir est que votre plantation doit être faite à trois fois la hauteur de votre bulbe. C’est donc pour cette raison que la profondeur nécessaire peut être variable. N’oubliez pas également que vous devez maintenir un espace de 40 cm entre chaque bulbe.

    Tous les ans, votre fritillaire fleurira.

    Optez plutôt pour un sol riche et drainé, car cette plante ne supporte pas l’eau stagnante. Il est également nécessaire d’apporter une matière organique comme un engrais pour bulbes à votre plantation de fritillaires. Optez aussi pour un emplacement ensoleillé.

    Afin que sa durée de vie soit optimale, il est recommandé de regénérer les bulbes tous les trois ans environ.

    Comment entretenir la fritillaire ?

    L’entretien de la fritillaire est simple. En effet, cette plante a notamment besoin d’un sol riche, et vous devez donc prendre le temps de le fertiliser pour que votre plante soit en forme. Au niveau de l’arrosage, il ne sera nécessaire que si vous faites face à une sécheresse de longue durée. Ce n’est pas une plante qui nécessite d’être arrosée de manière régulière.

    Quelle est la taille de la fritillaire ?

    Sachez que vous ne devez surtout pas couper les feuilles de la fritillaire avant que ces dernières ne soient complètement fanées. Effectivement, lorsque ses feuilles vont devenir jaunes cela signifie notamment que la fritillaire est en train de constituer ses réserves pour la floraison suivante. Avant que l’hiver ne s’installe, vous pouvez couper à raz et pailler à l’aide de feuilles séchées pour que la plante puisse être complètement protégée du gel.

    Que dois-je savoir sur la fritillaire ?

    Ce que vous devez savoir sur la fritillaire est que c’est une plante qui comporte des clochettes retombantes de différentes couleurs. En effet, la couleur va notamment dépendre de la variété de la fritillaire que vous aurez choisie. Saviez-vous que la fritillaire peut vous être utile contre les rongeurs ? Effectivement, cette dernière va vous permettre de les maintenir à distance parce que les bulbes de cette plante dégagent une odeur forte et désagréable pour ces nuisibles. Dans tous les cas, sachez que la fritillaire ne manquera pas de vous satisfaire et qu’elle peut être plantée de façons différentes en fonction de vos préférences. En massif, cela vous permettra de donner de la hauteur. Si vous hésitez lors de votre achat de fritillaire, nous vous recommandons d’opter pour la fritillaire impériale qui est l’espèce la plus intéressante et qui ne manquera pas de vous surprendre.

  • Iris reticulata
    Iris reticulata
  • Iris de Hollande
    Iris de Hollande

    Magnifique fleur au port élégant, l’iris bulbeux dit aussi iris de Hollande, s’invite dans les jardins, en massifs ou parterres. Avec barbe ou sans, cette plante bulbeuse offre une floraison estivale mise en valeur par des coloris superbes et quelque peu romantiques. D’une hauteur appréciable et variable selon la variété, l’iris bulbeux est très apprécié par les jardiniers tout comme les artistes très inspirés.

     

    La présentation botanique de l’iris bulbeux, quelles sont ses caractéristiques ?

     L’iris bulbeux ou l’iris de Hollande appartient de la famille des Iridacées. Originaire du Nord de l’Afrique, de l’Irak, du Nord de l’Iran, du Sud de l’Europe, et d’Asie Centrale, cette plante au port altier et si souvent représenté en peinture, a inspiré et inspire encore une multitude d’artistes. Offrant une floraison entre mai et juillet, l’iris bulbeux révèle des coloris variés, à choisir selon vos envies, comme le jaune, le rouge, le blanc, le bleu et le violet. Cette fleur est une plante vivace bulbeuse, avec un feuillage caduc, dévoilant une hauteur variable entre 5 et 90 centimètres selon les variétés.

     

    Quelle culture définit l’iris bulbeux ?

    L’iris bulbeux ou iris de Hollande est rustique, il apprécie particulièrement un emplacement à mi ombre ou au soleil. Il se développera facilement dans un sol léger et aussi bien drainé. Le sol doit être neutre ou légèrement alcalin. Question humidité du sol, il doit aussi être normal et même sec lors des périodes de repos.

    Facilement cultivé en massifs, bordures ou comme fleur coupée, cette plante nécessite un rempotage et une plantation en automne. Elle pourra ainsi orner vos bouquets d’intérieur magnifiquement. En ce qui concerne sa multiplication, l’iris peut être multiplié en divisant les bulbes.

    Un atout est à souligner concernant les ravageurs et maladies, les iris de Hollande sont fort résistants aux insectes et maladies. L’iris de Hollande ou l’iris bulbeux est aussi appelé Iris anglais, doté également d’un organe de stockage qui est enterré, autrement dit le bulbe. Les iris juno révèlent des racines charnues, avec des feuilles allongées et cannelées et très souvent caduques. Ses fleurs pointent entre février et juin, la variété des espèces indique la présence d’une barbe ou non, au contraire d’autres iris rhizomateux. L’ensemble des iris bulbeux est en repos lors de la saison estivale.

     

    Quelles conditions de culture pour l’iris bulbeux ?

    L’iris bulbeux présente une rusticité variable, la majorité est résistante face à des gelées notamment si les conditions sont optimales. Parmi toutes les variétés, uniquement les espèces dites iris Xiphium provenant d’Afrique du Nord, redoutent le gel. Aussi, les iris bulbeux constituent les premières plantes fleurissant au début du printemps. Quelques espèces naines sont appelées les iris reticulata et ne dépassent pas 15 centimètres de hauteur. Ils peuvent être placés en bordures, rocailles et massifs. D’autres variétés plus hautes à souligner sont par exemple, les iris xiphium très souvent plantés dans des extérieurs paysagers, pour ensuite constituer de très jolis bouquets.

     

    Quelle est la plantation recommandée pour les iris bulbeux ?

    Il est préférable de les planter en octobre, vous respecterez un espace évalué à 10 ou 15 centimètres. A savoir que le bulbe du petit iris appelé reticulata, pourra être planté en suivant des intervalles plus petits, environ 5 centimètres. Afin de vous garantir une profondeur adéquate pour la plantation, vous pourrez les enterrer selon leur hauteur, à multiplier par deux.

    Préférez un emplacement bien ensoleillée et aussi dans un sol drainé, un peu alcalin et neutre. Lors de la période de croissance, vous arroserez les iris dans la semaine, et il faudra aussi maintenir les iris au sec au moment de la phase de repos, c’est-à-dire l’été. Lors de la floraison et la période suivante, vous pourrez employer un engrais très riche en potassium, cet engrais apportera un stockage parfait pour les bulbes. Les bulbes seront ainsi plus volumineux, leur calibre sera plus important, ce qui vous annonce une floraison abondante à venir.

     

    Comment effectuer la division de vos bulbes en septembre ?

    Si vous souhaitez arracher les bulbes, c’est possible. En effet, vous aurez ainsi à diviser les bulbes au mois de septembre. Cette opération est indispensable pour réaliser la multiplication de vos iris de Hollande, plus facilement. Puis, les bulbes pourront être installés à nouveau dans d’autres zones du jardin. Ce semis de graines peut être réalisé dans un châssis froid au mois d’octobre ou aussi au mois de mars. Ce semis peut se faire dans des pots de petite taille, contenant un substrat léger avec du sable et de la terre de jardin.

     

    Quelles sont les espèces d’iris à connaître ?

     Genre comportant plus de 300 variétés, il concerne ainsi une large gamme d’iris bulbeux à sélectionner selon vos envies. Ainsi, il peut être possible de craquer pour l’iris reticulata, il s’agit d’un petit iris avec des fleurs solitaires mais aussi très parfumées. Une autre variété à connaître est l’iris juno dévoilant des fleurs avec de larges sépales très colorés et aussi de plus petits pétales. Une autre espèce est l’iris Xiphium, il représente un grand sujet et révèle une très bonne tenue en bouquets. Il existe aussi l’iris nada ou iris papillon, à choisir pour leurs floraisons prolongées et élégantes.

  • Ipheion
    Ipheion

    Si vous désirez diversifier les bulbes présents dans votre jardin, optez pour l’iphéion. Également appelé « étoile des incas » ou encore « spring star », vous obtiendrez une longue floraison totalement éblouissante. En effet, vous pourrez profiter de belles fleurs étoilées bleues et parfois blanches que ce soit pour embellir votre pelouse, votre bordure ou encore pour créer une potée. Cette plante vivace rustique résiste à des températures pouvant atteindre moins 15 degrés. Cette plante bulbeuse prolifique comporte une floraison de longue durée ce qui est plutôt un sérieux avantage. Originaire d’Amérique du Sud, plus précisément d’Uruguay et d’Argentine, vous pourrez profiter d’un parfum délicat à l’odeur de miel.

    Comment cultiver l’iphéion ?

    Que ce soit dans une situation ensoleillée ou semi-ombragée, l’iphéion saura s’adapter. Pour les fleurs bleues, une situation semi-ombragée sera préférable. Préférez un sol léger, drainé, mais il supporte tout de même les sols pauvres ainsi que les sécheresses estivales. L’avantage de l’iphéion reste notamment que c’est une plante qui a la capacité de se multiplier toute seule, même si parfois elle devient envahissante.

    La plantation des bulbes doit être réalisée au cours de l’automne, à une profondeur de 8 cm. N’oubliez pas que vous devez impérativement respecter une distance de 10 cm minimum entre chaque bulbe planté. L’avantage de cette plante réside notamment dans le fait qu’elle ne nécessite pas d’entretien particulier. Après les avoir plantés, il vous suffira de les laisser en place et de laisser la touffe se développer et s’épaissir. Lorsque cela fera 4 ans que vos bulbes ont été plantés, il sera alors temps d’effectuer une division au cours de la période estivale. Vous pouvez également multiplier vos plantes en ayant recourt à un semis, mais vous devez mettre en terre vos semences dès que ces dernières seront récoltées. En effet, l’iphéion n’est pas une plante qui se conserve sans être dans la terre contrairement à d’autres espèces.

    Si vous résidez dans une région où l’hiver est rigoureux, nous vous recommandons d’effectuer un paillis afin que vos bulbes soient parfaitement protégés.

    Que dois-je retenir ?

    Afin retenir le plus important pour la plantation et la culture de l’iphéion, voici ce que vous devez surtout ne pas oublier :

    -       Une exposition ensoleillée ou semi-ombragée

    -       Une plantation dans un sol drainé

    -       Une floraison qui a lieu entre février et mai

    -       Une résistance jusqu’à -10°C

    Quelles sont les différentes variétés d’iphéion ?

    Comme vous pouvez l’imaginer, il existe différentes variétés de plante iphéion. Voici les principales :

    -       Iphéion uniflorum « Album » : floraison blanche

    -       Iphéion uniflorum « Alberto Castillo » : floraison blanche avec quelques lignes brunes

    -       Iphéion uniflorum « Charlotte Bishop » : floraison mauve

    -       Iphéion uniflorum « Loulou » : floraison rose avec quelques lignes de framboise

    -       Iphéion uniflorum « Whiskey Blue » : floraison lilas avec quelques touches de blanc

    Conseil : Mélangez les variétés d’iphéion afin de créer un magnifique petit coin fleuri dans votre jardin avec différentes couleurs. Vous finirez rapidement par adopter l’iphéion. 

  • Jacinthes
    Jacinthes

    Jacinthe, plante très appréciée dans les jardins et en pots, est devenue une fleur incontournable. Au printemps, elle fait son apparition pour embellir votre intérieur ou terrasse, en jardinières et pots. Considérée comme une des fleurs à bulbe les plus décoratives, la jacinthe bénéficie d’une floraison superbe, avec des coloris dorénavant très variés comme le rose, le bleu, le mauve, … Vous vous régalerez avec cette plante pour créer des scènes champêtres un brin magiques.

     

    Comment décrire la jacinthe ?

     Cette ravissante fleur tout en hauteur révèle de petits épis très ornementaux, elle a pour nom botanique, Hyacinthus, et appartient à la famille des lilliacées. Il s’agit d’une plante à bulbe de printemps. Pouvant mesurer à maturité entre 20 et 30 centimètres, elle se plaira à une exposition mi ombragée ou ensoleillée et placée dans un sol ordinaire.

    La jacinthe vous offrira une floraison extérieure en mars et avril alors que si elle est plantée en intérieur, elle fleurira entre décembre et mars. Ses divers coloris chatoyants permettent de réchauffer la saison hivernale. Elle peut aussi être facilement associée à sa cousine, la scille ou jacinthe des bois. Il est vrai que la jacinthe est cultivée essentiellement en extérieur, or elle apparait de plus en plus fréquemment dans les intérieurs au tout début de l’hiver.

     

    Quels conseils pour la plantation de la jacinthe ?

    La jacinthe est plantée généralement en pleine terre pour révéler une belle floraison au printemps suivant. Vous planterez aussi vos jacinthes à environ 10 centimètres en profondeur. Les bulbes offriront un effet réussi si plantés en groupes, tout en les espaçant de 10 à 15 centimètres. Il est vrai que plus les bulbes seront nombreux,  plus le rendu décoratif sera spectaculaire. Il faut savoir que les bulbes de jacinthes peuvent aussi être plantés dans une terre inondée et argileuse.

    Pour les plantations en jardinières, il est recommandé de les planter en automne et en hiver. En effet, les jacinthes, en intérieur, fleurissent entre l’automne et le printemps.

    Dans un pot, vous procéderez de cette façon, vous réaliserez un lit avec du terreau sur 3 ou 4 centimètres. Et vous pourrez aussi positionner les bulbes afin qu’ils se touchent, vous aurez alors un effet compact sublime, dans vos grandes potées. Recouvrez ensuite avec du terreau, les pointes des bulbes doivent être visibles. Il est ainsi conseillé de placer vos bulbes dans un emplacement frais, humide et obscur. Quand les feuilles sortiront, vous positionnerez la coupe dans un endroit plutôt lumineux et moins froid, autour de 10 degrés. Patientez quelques jours et vous les exposerez dans votre séjour pour admirer la floraison des jacinthes, merveilleuses de couleurs.

     

    Quel entretien pour la jacinthe ?

    Pour la plantation en pleine terre, la jacinthe doit y être placée en automne, elle fleurira au printemps, période optimale de floraison. A la fin de leur floraison, les jacinthes auront leurs feuilles coupées, notamment quand le feuillage sera jauni et uniquement. En effet, ce jaunissement indique que la plante prépare ses réserves pour la floraison à suivre.

    Si vous achetez des jacinthes en pot, elles sont destinées à orner votre intérieur, véranda ou terrasse abritée, elles fleuriront uniquement si elles sont situées en intérieur. A la fin de la floraison, ne conservez pas vos jacinthes dans les pots, en effet, celles qui offrent une floraison en intérieur, révèlent une seule et unique floraison. Les bulbes en terre à l’extérieur offrent une floraison tous les ans ou les deux ans.

     

    Quel effet décoratif sur les massifs ?

     La jacinthe est caractérisée par de belles grappes, elles proposent aussi de belles clochettes assez parfumées. Cette fleur magnifique révèle un spectacle au début du printemps, en situation extérieure, et début décembre, si située en intérieur. Elle peut être plantée en massifs, bouquets et jardinières, avec des coloris rose, blanc ou bleu. Classée en catégories, la jacinthe des jardins se décline par exemple en jacinthe parisienne, jacinthe albulus, ou romanus, ces deux dernières variétés sont résistantes et encore plus tout au long de leur floraison.

     A savoir, de manière générale, la jacinthe a tendance à moins fleurir au fur et à mesure, c’est la raison pour laquelle, il faut planter de manière régulière d’autres bulbes.

  • Muscaris
    Muscaris

    Le muscari est également parfois appelé jacinthe à grappes. Cette fleur à bulbe est généralement utilisée pour orner l’extérieur. Très facile à entretenir, le muscari est une plante qui est très appréciée car elle apporte un certain effet décoratif. Originaire de Turquie et du Caucase, cette plante supporte le froid rigoureux, jusqu’à des températures de moins 25 degrés. Cette plante vivace se caractérise par de magnifiques fleurs bleues en forme de clochettes qui forment ensuite des grappes. Le nom de « muscari » vient notamment du fait que cette plante dégage un parfum musqué au cours de sa floraison. Pouvant atteindre 20 cm de haut, cette plante peut cependant devenir envahissante. On apprécie également cette plante pour décorer de petits bouquets de fleurs.

    Comment cultiver le muscari ?

    Le muscari est une plante qui apprécie les sols fertiles, frais et drainés. Il est nécessaire de lui trouver un emplacement ensoleillé ou semi-ombragé pour qu’elle puisse convenablement se développer. La plantation se fait durant l’automne, et vous devez planter son bulbe à une profondeur égale à trois fois sa hauteur. Lorsque vous désirerez diviser vos bulbes, vous devrez alors attendre tous les trois à quatre ans pour que la régénération se fasse convenablement. Concernant la fertilisation du muscari, il est nécessaire de la faire à l’aide de fumier ou de compost et cela au cours de l’automne.

    Lors de votre plantation, nous vous recommandons notamment de disposer les muscaris de manière uniforme, en groupe, afin que cela puisse donner un aspect très bleu.

    Il est important d’ajouter également que le muscari se plaît notamment dans les sous-bois, les rocailles ou les bordures de jardin. Sachez tout de même qu’il est possible de cultiver cette plante en pot, en massif ou dans une jardinière.

    Comment entretenir les muscaris ?

    Il est très important de faire attention que les mauvaises herbes n’envahissent pas vos muscaris. Concernant l’arrosage, cela ne concerne uniquement que les plantes en port ou celles que vous cultivez dans les jardinières et cela uniquement une seule fois par semaine. En effet, les muscaris n’ont pas besoin de recevoir un arrosage fréquent. Il est tout de même important de vérifier de façon régulière que le muscari ne soit pas touché par une virose. En effet, cette maladie est très fréquente chez ces plantes et peut être fatale à votre culture.

    Quelles sont les différentes variétés de muscaris ?

    Comme chaque plante, les muscaris sont nombreux et différentes espèces existent. Voici les plus connues :

    -       Muscari armeniacum Blue Spike comportant des fleurs doubles

    -       Muscari armeniacum Album dont les fleurs sont blanches

    -       Muscari comosum comportant des toupets

    -       Muscari azureum dont les fleurs sont de couleur bleu clair et striées

    Que dois-je retenir ?

    Voici un bref résumé de ce que vous devez retenir sur les muscaris afin de les cultiver de la bonne façon :

    -       Originaire du Sud de l’Europe

    -       Couleur bleu

    -       Hauteur comprise entre 15 et 20 cm

    -       Non adapté à la bouture

    -       Adapté au semis

    -       Plantation durant l’automne

    -       Floraison du mois de mars à mai

  • Nivéoles
    Nivéoles

    La nivéole est une plante herbacée pérenne faisant partie de la famille des Amaryllidacées. Il faut savoir qu’il existe actuellement plus de onze variétés différentes de nivéoles. Originaire de l’est de l’Europe, de l’Europe centrale et de Russie occidentale, la nivéole est présente également au cœur de la France, mais uniquement en altitude comme dans les Alpes par exemple. Il faut d’ailleurs savoir que cette plante fait partie des espèces protégées que ce soit en France, mais également dans de nombreux pays du monde où elle se développe. Charmante plante, c’est une fleur qui reste encore très peu cultivée.

    Comment planter et cultiver la nivéole ?

    La nivéole est très facile à cultiver, mais elle ne se développe pas si rapidement. En effet, il faut tout d’abord prendre en compte que les bulbes sont très fragiles et qu’ils ne peuvent donc pas être stockés n’importe comment. Leur commercialisation n’est donc pas fréquente.

    Si vous désirez planter des nivéoles, vous devez disposer d’un sol classique ou humide, mais qui n’a surtout pas tendance à se dessécher au cours de l’été. Que ce soit dans une situation ensoleillée ou semi-ombragée, la nivéole saura parfaitement s’adapter. Vous pouvez donc planter cette fleur au milieu de votre pelouse, dans des massifs ensoleillés ou sous des feuillus. Attention tout de même, il est nécessaire de disposer quelques plantes estivales également afin qu’elles puissent créer de l’ombre à la nivéole et maintenir ainsi la fraîcheur du sol au cours de l’été.

    Concernant la plantation des bulbes, vous devez les planter à environ 10 ou 15 cm de profondeur. Généralement, les bulbes se reproduisent très rapidement et vous devrez alors prendre le temps de les diviser au bout de trois ans environ, voire quatre ans. La division aura notamment lieu entre le mois de mai et juin, lorsque les feuilles commencent alors à devenir jaunes. Attention, ne laissez pas vos bulbes à l’air libre, mais vous devez notamment les repiquer immédiatement.

    Comment entretenir la nivéole ?

    Le grand avantage de la nivéole réside notamment dans le fait qu’elle ne demande pas d’entretien spécifique. En effet, vous n’aurez pas besoin de l’arroser, de la fertiliser, de la tailler ou de la traiter. La nivéole est d’ailleurs une plante très résistante qui n’est pas touchée par quelconque maladie. Dans tous les cas, vous devez éviter de tondre si vous avez décidé de planter vos bulbes dans la pelouse, et éviter également de couper son feuillage. Cela est notamment nécessaire pour que cette plante puisse se régénérer avant de se reposer. Évitez aussi de déplacer constamment la nivéole, car elle n’apprécie pas cela et cela impacte notamment sa floraison.

    Quelles sont les différentes espèces de nivéoles ?

    Il existe différentes variétés de nivéoles dont les suivantes :

    -       Leucojum vernum : floraison en février et mars

    -       Leucojum vernum carpatium : comporte des petites taches jaunes

    -       Leucojum vernum carpaticum “Gertrudre Wister“: fleurs en cloches

    -       Leucojum aestivum : espèce protégée

    -       Leucojum aestivum“Gravetye Giant“ : floraison de clochettes blanches

    Leucojum aestivum. Ssp pulchellum : espèce qui trouve son origine dans les marécages de la région méditerranéenne

  • Narcisses
    Narcisses

    Le narcisse est une fleur au spectacle superbe à découvrir dans des jardinières ou jardins. Elle offre un effet encore plus intense et esthétique si elle est plantée en groupe dans des massifs. Cette ravissante fleur est très souvent jaune et blanche. Elle possède divers atouts comme celui d’un entretien facile. Cette plante, toxique pour certaines variétés, comporte diverses espèces à mettre en avant pour leur intérêt décoratif.

     

    Quelle est la carte d’identité du narcisse ?

     Son nom commun est narcisse, surnommée aussi jonquille. Narcissus est son nom latin, de la famille des Amaryllidacés. Cette plante révèle un feuillage caduc. A maturité, le narcisse peut atteindre une hauteur entre 15 et 60 centimètres. Concernant sa largeur, il faut compter entre 10 et 30 centimètres. D’entretien facile, le narcisse révèle un besoin en eau peu important, il est aussi doté d’une croissance normale, le narcisse est le plus souvent multiplié, par semis. Fort résistant au froid, le narcisse se développera parfaitement dans un sol argileux, calcaire ou sableux. Vous lui préférerez un sol neutre et bien drainé. Une exposition au soleil ou à mi ombre lui conviendra aussi parfaitement.

    En plantation extérieure, le narcisse ornera vos balcons, terrasses, rocailles, bosquets ou massifs. Il peut aussi très bien s’épanouir en pots et jardinières, dans des bacs sur terrasses, patios ou balcons. La jonquille, espèce appartenant au genre Narcissus, est une fleur dont le nom latin, narcissus est un dérivé du grec, narké, signifiant « qui endort ». Cette référence est due à son parfum un brin entêtant. Originaire de l’Europe occidentale, il s’agit d’une plante bulbeuse, assez rustique et vivace. Lors de sa floraison, elle déploie des fleurs groupées et solitaires avec du blanc nacre et du jaune d’or. Le narcisse présente une réelle couronne en forme de cloche ou coupe au centre de la fleur.

     

    Quelles sont les autres éléments à connaître sur le narcisse ?

    Le narcisse révèle une belle floraison printanière décorative, entre février et mai, en fonction des variétés. Avec une durée de floraison plutôt courte, de 15 jours, le narcisse s’épanouit avec ses belles petites clochettes. Le narcisse jaune est aussi une plante assez toxique notamment en cas d’absorption. Contenant des saponines et également des alcaloïdes dits toxiques, cette ravissante plante peut provoquer des troubles cardiaques, digestifs et nerveux. Attention car certaines variétés en cas d’ingestion peuvent entrainer la mort.

     

    Quelle est la classification des narcisses ?

    Cultivé depuis quelque temps, le narcisse est apprécié pour son effet champêtre en massifs ou bordures. Des plantes hybrides et des formes naturelles ont été multipliées pour obtenir des espèces encore plus audacieuses. Ces créations ont apporté une certaine confusion quant à la classification. Environ 35 à 70 espèces sont répertoriées.

    Depuis des siècles, les horticulteurs ont ainsi développé des milliers de variétés, en plus des narcisses botaniques. Les narcisses horticoles sont répertoriés en 16 types, en fonction de leur forme. A savoir que le groupe 10 est consacré aux variétés sauvages. Fleurs avec des caractéristiques sauvages, les narcisses botaniques n’ont pas reçu de modifications de la main de l’homme, ou hybridation. Il s’agit d’espèces originales, qui révèlent une période de floraison précoce en comparaison avec les variétés horticoles. Celles-ci proviennent d’hybridations variées. Narcisse botanique, le narcissus triandrus a révélé par la suite des hybrides horticoles.

     

    Quelles variétés de narcisses à mettre en lumière ?

    En matière de narcisse botaniques, il est possible de souligner le narcisse cyclamen, ou de son nom latin, le narcissus cyclamineus. Il révèle une floraison en février, avec une hauteur de 15 centimètres, ce narcisse miniature déploie de petites fleurs jaunes avec une couronne assez longue. Il existe aussi le narcisse des poètes, ou narcissus poeticus, fleurissant en mai et juin. Pour une hauteur de 35 à 40 centimètres, ce narcisse révèle une petite couronne délicate avec un liseré rouge, au parfum subtil. En termes de narcisses horticoles, il est possible de noter le narcisse trompette, avec une floraison en mars et avril, pour une hauteur de 20 à 40 centimètres. Il s’agit de fleurs solitaires, et toxiques pour la plupart. Elles disposent aussi d’une longue couronne comme le périanthe. Déployant leurs ravissantes fleurs jaunes, ces narcisses sont aussi parfois bicolores, c’est-à-dire jaune foncé et jaune clair.

    Les narcisses à grande couronne sont resplendissants, ils fleurissent en mars, et offrent une belle hauteur de 35 à 40 centimètres. Une des qualités de cette plante est une belle tenue en vase avec de délicieuses fleurs doubles ou simples, au coloris blanc, jaune, ou orangé. Les fleurs déploient une couronne blanche ou jaune.

    Le narcisse tazetta est une variété à découvrir, doté d’une floraison précoce entre février et mai. Cette fleur peut culminer jusqu’à 80 centimètres de hauteur. Elle est parfumée également, mais toxique (le fait de sucer la tige peut provoquer des troubles cardiaque et digestifs importants pour les enfants). Ses fleurs sont regroupées sur une même tige, dévoilant une couronne blanche et jaune et également légèrement orange Sa corolle est aussi blanche et jaune comme un miroir. Ce narcisse a besoin d’une protection l’hiver venu. Une dernière variété à mettre en avant est le narcissus triandus à la floraison parfumé et plus tardive, en avril et mail. Mesurant entre 20 et 40 centimètres de hauteur, ses fleurs sont également jaunes et blanches et regroupées sur une même tige, à raison de 2 à 6. Leurs tépales sont réfléchis et la couronne plutôt courte. Cette espèce a l’avantage de révéler une longue tenue en vase. Elle est extrêmement toxique, elle peut provoquer la mort chez les humains et les animaux, si ingérée.

     

    Comment bien planter vos narcisses ?

    En ce qui concerne le lieu de plantation du narcisse, il doit être planté dans des situations à mi ombre ou au soleil. Le narcisse apprécie les terres argileuses et fraîches, particulièrement. Ce narcisse peut être placé dans des rocailles, massifs, pots, et sous-bois. Il sera parfait en association avec des crocus, primevères, pulmonaires et tulipes dites hâtives.

    Si vous souhaitez le planter en pleine terre, votre narcisse doit être placé en automne, ou en novembre dans votre jardin. Il est vrai que les plantations hâtives facilitent l’épanouissement des racines, la garantie d’une floraison réussie. Aussi, vous pourrez les planter par groupes et réaliser un bel effet d’ensemble dans votre extérieur. Concernant la plantation, il est conseillé de créer un trou correspondant à 3 fois la hauteur des bulbes. Vous prendrez une terre drainée, l’eau ne doit pas y stagner. Sinon, le bulbe risque de pourrir. Un lit de petits cailloux doit être préparé garantissant un drainage nécessaire. La distance de séparation est de 5 centimètres, entre chaque bulbe. En pots, vous veillerez à réaliser le forçage des bulbes, cette culture forcée permet une avance de la floraison de quelques semaines. Vous aurez ainsi à placer les bulbes dans un endroit sombre et frais pendant quelques semaines, et les premières pousses apparaitront. Cette opération peut être pratiquée en automne, et ce aussi au début du printemps. Des bulbes forcés sont commercialisés, prêts à planter. A savoir quand même que les narcisses forcés seront épuisés en fin de floraison. Aussi, ces bulbes nécessiteront des années avant de refleurir en cas de nouvelle plantation. L’opération peut être recommencée avec d’autres bulbes à acheter.

     

    Quelles associations recommandées pour les narcisses ?

    Les narcisses blancs dévoilent un effet attendrissant en présence de magnolias printaniers. De plus, les hellébores seront parfaits pour créer une belle composition, combinés avec des narcisses. A noter aussi l’erica carnea peut apporter de la gaité avec leur ton jaune, sur un tapis composé de bruyères En jardinières, les narcisses botaniques peuvent être mêlés avec des muscaris.

     

    Quelle culture pour le narcisse ?

    Le narcisse est un bulbe ne requérant aucun entretien spécifique, vous laisserez ainsi les bulbes en pleine terre, il faudra attendre également le jaunissement des feuilles avant la suppression complète du feuillage. Les narcisses forment leurs réserves avec leur feuillage. Il est déconseillé d’associer les narcisses avec d’autres fleurs dans un vase, leurs tiges détiennent une substance responsable de la fanaison des autres fleurs.

    Le narcisse est très résistant et jamais malade. En effet, au sujet des parasites et maladies, les limaces et la pourriture sont ces deux seuls éléments nuisibles. Aussi, la limace apprécie de manger ses fleurs, vous pourrez dresser des barrières naturelles avec du marc de café, des coquilles d’œufs pilées ou de la sciure de bois. La limace est repoussée par l’odeur de la sauge et du thym. Les pièges à bière révèlent une belle efficacité également. Quant à la pourriture, il faut souligner que le bulbe tend à se ramollir si l’humidité est trop importante. De plus, vous constaterez un feutrage gris apparaissant au niveau des fleurs et des feuilles. Il faudra aussi ôter tous les bulbes atteints. Evitez de placer des bulbes au même emplacement.

     

    Comment se passe la multiplication des narcisses ?

    La solution idéale pour multiplier le narcisse est la division de la touffe notamment en septembre. Il faudra attendre que le feuillage soit entièrement desséché. Ensuite, ôtez la touffe avec une fourche-bêche. Il faudra alors séparer les bulbes en groupe de 5 ou 6. Vous pourrez aussi démêler les racines avec précaution tout en évitant de les briser. Puis replantez la plante dans un endroit ensoleillé rapidement. Nul besoin d’arroser.

    La division peut être effectuée sur des touffes âgées de 3 ou 4 années. La multiplication en réalisant des semis est aussi envisageable, mais il s’agit d’une opération longue demandant quelques années avant de constater la première floraison. En cas de terre lourde, vous éviterez de planter le narcisse avec d’autres bulbes, en effet, dans ce type d’emplacement, il attirera les parasites et maladies.

  • Perce Neige
    Perce Neige

    Les perce-neiges représentent une des premières floraisons de l’année, pointant son nez au-dessus de la neige. Le perce-neige est considéré comme un bijou, dévoilant une belle floraison en plein hiver. Offrant une inflorescence blanche pure, cette fleur représente une touche de gaieté dans votre extérieur, lors des journées froides. Sa floraison est toute délicate, le perce-neige forme partie d’un genre listant 19 pièces de bulbeuses. Elles sont principalement originaires de lieux boisés en Asie et Europe de l’Ouest.

     

    Quelles sont les caractéristiques du perce-neige ?

     Son nom latin est galanthus nivalis ; de la famille des Amaryllidacées, cette petite fleur attachante a pour origine l’Asie et l’Europe. Sa période de floraison a lieu de janvier à février, en fonction du temps. Les fleurs ont un coloris blanc pur. Cette fleur à bulbe est posée sur un feuillage caduc, avec une hauteur de 10 à 15 centimètres. Rustique, la fleur se développera à mi ombre, dans un sol neutre, normal et aussi un peu humide. Elle apprécie une terre fraîche, riche en humus et lourde.

    Le perce-neige est souvent cultivé en rocailles, pelouse (en taches ou en isolé), et sous-bois. La plantation et le rempotage pourront être réalisés à l’automne, en positionnant un bulbe tous les 5 centimètres, pour la séparation. Ils doivent être aussi plantés à 5 centimètres de profondeur. Concernant la multiplication, la touffe doit être divisée notamment suite à la floraison.

     

    Quelle plantation dans votre jardin ?

     Ces fleurspoussent dans des sols rocheux, le pied porte une petite fleur blanche. Elle a pour spécificité une odeur de miel typique, elle révèle 3 tépales internes écrits avec la forme d’un V vert, inversé. Ces fleurs de petite taille atteignent environ 15 centimètres de hauteur. Diverses variétés et cultivars existent, offrant aussi de belles fleurs doubles, et dotées de marques jaunes, au niveau des tépales. De plus, elles ne craignent pas la neige, l’utilisant comme écrin.

     A planter de manière naturelle ou en groupes sur une pelouse, les perce-neiges sont parfaits, ils s’y naturalisent aisément. De petite taille, ses fleurs embellissent ainsi votre jardin d’ornement, en créant, l’hiver, un tapis fleuri. Délicates, les inflorescences des perce-neiges orneront vos bordures, courbes de massifs et allées, aussi. Vous pourrez ainsi les planter avec des vivaces colorées, heuchères par exemple, révélant le même type de culture. Se plaisant dans des rocailles à l’ombre, et également en sous-bois, le perce-neige vous séduira par son aspect champêtre et naturel, au pied d’arbustes. En jardinières ou en potées, il offre aussi son petit effet, à marier avec des pensées aux tons vifs ou autres bulbes printaniers.

     

    Quelle facilité de culture pour les perce-neiges ?

    Le perce-neige révèle une extrême facilité de culture. Nécessitant un sol drainé et frais pendant tout l’été, les bulbes peuvent pourrir si plantés dans un sol lourd. Appréciant les sols, siliceux et acides, le perce-neige pousse dans des zones calcaires mais avec difficulté. Choisissez-lui une situation ensoleillée sauf si vous résidez dans le sud de la France, une exposition à mi ombre sera conseillée alors. En automne, la plantation doit être réalisée, la floraison aura alors lieu entre janvier et mars en fonction des espèces. Il ne faut pas trop attendre pour planter les bulbes après leur achat, ils peuvent se dessécher. Les placez à une profondeur, équivalente à 2 fois la taille du bulbe. Il faudra les espacer de 5 à 10 cm, selon l’effet souhaité.

    Suite à la floraison, le feuillage deviendra tout jaune, et le bulbe préparera ses réserves. Si vos perce-neiges sont plantés sur une pelouse, elle doit être tondue à la fin de fanaison des plantes. La division se fera à ce moment-là si vous souhaitez la multiplication des fleurs.

     

    Quelles espèces choisir ?

     Les galanthus se déclinent en diverses variétés, 130 espèces au total sont répertoriées en région chaude. Le perce-oreille propose ainsi un panel de choix remarquable, sélectionnez vos variétés selon vos envies et souhaits de créations paysagères au jardin.

  • Petits Bulbes printemps
    Petits Bulbes printemps
  • Scilles
    Scilles

    La scille ou jacinthe des bois, mérite le détour. Cette fleur est superbe et possède de nombreuses qualités. En effet, c’est une des fleurs à bulbes offrant une des culture les plus facile. Sa floraison généreuse au printemps, la scille décore votre terrasse ou le jardin avec de très belles inflorescences fines de coloris bleu ou blanc.

     

    La scille, quelles sont ses caractéristiques ?

    La scille ou scilla, en latin, est une espèce de la famille des Hyacinthacées. Ce bulbe de printemps peut mesurer une hauteur entre 20 et 40 centimètres. A une exposition mi ombre ou ensoleillée, la scille se développera dans un sol ordinaire, offrant une floraison extérieure entre le mois d’avril et le mois de juin.

     

    Quelle plantation est recommandée pour la scille ?

    Cette plante herbacée fleurit de manière générale au printemps. Ses ravissantes petites clochettes détiennent un parfum délicat, à l’apparition des beaux jours. Pour les planter, vous pouvez les grouper par tâches, et serrez les fleurs pour ensuite les répartir dans votre jardin d’agrément. Vous pourrez placer vos scille en terre, vous aurez ainsi une floraison digne de ce nom, au printemps. Il faut les planter de préférence à l’automne, dans un emplacement choisi au préalable, à 10 centimètres de profondeur. En groupes, les scilles produisent un effet encore plus esthétique, vous veillerez aussi à les regrouper par tâches de coloris. Plantez ainsi les bulbes en groupes, avec un espace de 5 centimètres. Plus vous en planterez plus le rendu sera splendide.

    Affectionnant le soleil, la scille craint les situations très chaudes, dons préférez la situation mi ombre.

     

    Comment entretenir les scilles ?

    Les scilles seront ainsi plantées en automne pour une floraison à admirer au printemps, époque de floraison pour la majorité des scilles. Vous couperez toutes les hampes florales, sans la fanaison, en laissant le feuillage tel quel. A la fin de la floraison, vous couperez le feuillage jauni, la plante constitue alors ses réserves pour le printemps prochain.

    Les scilles se déclinent en diverses variétés, avec des fleurs aux formes diversifiées et diverses périodes de floraison. La scilla campanulata est une variété dotée d’une palette de coloris plus vaste, du bleu au blanc, et également le rose. Il existe aussi la scille avec deux feuilles appréciant les sous-bois pour leur fraîcheur. La scille printanière, est appelée Tractema verna, variété très fréquente naturellement sur le front atlantique, et également à faible altitude dans les montagnes des Pyrénées. Dans les Pyrénées, vous la découvrirez aussi sous forme de scillle lis-jacinthe, et sa similitude avec la fleur de lis. A noter également la scille géante, surnommée la scille du Pérou, elle offre une floraison entre le printemps et le début de l’été. Cette fleur n’a rien du Pérou, son nom est dû à un bateau la transportant sur la Méditerranée. Avec des inflorescences mesurant 40 centimètres, de diamètre, elle est une variété de scilles grandiose. Les scilles offrant une floraison à l’automne sont la scille prospero autumnale, ravissante et à adopter au cœur de votre jardin.

    Un petit conseil à retenir concernant la scille, elle tend à fleurir d’une année sur l’autre sans y toucher. Vous pourrez modifier les situations au soleil afin d’étaler leur floraison de manière prolongée. Il suffit ainsi de les oublier et de profiter à chaque nouvelle saison de leurs fleurs fines et délicates.

  • Tulipes
    Tulipes

    Evoquant la Hollande, pays affectionnant particulièrement cette belle fleur, la tulipe, fleur à bulbe est très appréciée des jardiniers débutants ou invétérés. Cette fleur qu’on ne présente plus comporte une palette de couleurs tout aussi éclatantes les unes que les autres. De plus, cette fleur peut être cultivée en bordures, ou en massifs, elle ornera parfaitement vos parterres ou plate bandes, vous avez l’opportunité de la planter en groupes et associées avec d’autres bulbeuses. La tulipe peut être coupée pour créer des bouquets splendides, colorés, gais et faciles à mettre en place.

     

    Que faut-il savoir sur la tulipe ?

    La tulipe ou tulipa est une plante bulbeuse printanière de la grande famille des Liliacées. Mesurant entre 20 et 75 centimètres de hauteur, elle s’épanouit dans des sols bien drainés, entre mars et mai. Se développant plus particulièrement en situation ensoleillée, la fleur aura une belle croissance si cultivée avec des conditions favorables.

     

    Comment planter les bulbes de tulipe ?

    Les tulipes, pour se développer, nécessitent d’être plantées à une profondeur, haute de 2 à 3 fois le bulbe. La plantation des bulbes démarre à l’automne, et ce jusqu’à mi-décembre. Vous creuserez un trou pour les protéger du gel ; avec une distance de séparation de 10 centimètres au moins. Un endroit au soleil sera impeccable, pour une floraison en conséquence. La terre drainée avec une poignée de terreau sera parfaite pour accueillir les bulbes, le mélange assure ainsi une croissance significative et une floraison d’exception. Il est aussi conseillé de planter des petits lots comprenant 10 à 50 bulbes, vous obtiendrez un effet magnifique.

    Au sujet de la plantation en pots, la tulipe s’adapte bien à ce type de culture, plantez 3 ou 4 bulbes à l’automne, dans chaque pot, et recouvrez de terreau sur 10 centimètres. Vos pots peuvent demeurer en extérieur pendant tout l’hiver, sauf si vous vivez dans une région avec un climat rigoureux. Vous les mettrez à ce moment-là à l’abri au frais, si fortes gelées. Placez les pots à l’extérieur au printemps sur la terrasse et pensez à l’arrosage en cas d’absence de pluies. A la fin de la floraison, laissez les feuilles jaunir et coupez les feuillages, il est préférable d’extraire les bulbes et de les placer dans un endroit sec et frais, pour ensuite les replanter en automne.

     

    Comment s’entretient une tulipe ?

    Les tulipes demandent en réalité, peu de soins. Une fois en place, normalement, elles fleurissent toutes seules. Vous n’avez pas besoin d’y toucher. Vous pouvez si vous le souhaitez améliorer leur floraison, en leur octroyant de l’engrais spécial bulbes. Ainsi, l’engrais peut être apporté à la sortie des feuilles et aussi lors de la plantation ou durant la croissance. Les tulipes sortent de terre à une période de l’année avec une pluviométrie satisfaisante. Après la floraison, la tulipe fane, elle créée alors ses réserves en vue de la prochaine floraison. Pensez à couper les feuilles et les tiges jaunies et pas avant. Si vous désirez un effet esthétique, la fleur fanée peut être parfaitement ôtée

     

    Quelles informations retenir sur la tulipe ?

    Belles plantes bulbeuses au port élégant, la tulipe possède une tige solitaire garnissant les jardins en fin d’hiver et début de printemps. Plus de 125 espèces sont répertoriées ainsi que des milliers de variétés aux configurations et coloris divers. Vous pouvez ainsi imaginer le nombre de compositions à créer. Estimée comme la reine des fleurs à bulbes, la tulipe offre une floraison avantageuse sur vos balcons, terrasses et jardins. Elles s’adaptent parfaitement à tous les climats de France. Un nombre diversifié est vendu dans le commerce, variant les nuances et les formes, elles permettent des combinaisons illimitées.

  • Tulipes botaniques
    Tulipes botaniques
  • Agapanthes
    Agapanthes

    L’agapanthe, une fleur à découvrir

     Plante exotique, l’agapanthe est une plante facile à cultiver, offrant des coloris blanc ou bleu. Dotée d’un feuillage rustique ou caduc, l’agapanthe se décline en diverses catégories. Elle offre un rendu esthétique intéressant, en pots, grands bacs ou en association dans des massifs. Vous serez vite charmé par cette belle plante offrant un feuillage très décoratif et une floribondité appréciable.

     

    Quelles caractéristiques pour l’agapanthe ?

     Son nom latin est Agapanthus, cette fleur provient de la famille des Liliacées. Originaire d’Australie et d’Afrique du Sud. Sa période de floraison est mai et juin pour le Sud de la France et pour le reste, juillet et août. Cette fleur présente un bulbe à planter, avec un feuillage persistant ou caduc. Elle peut atteindre 70 centimètres de hauteur avec des inflorescences mesurant plus de 1 mètre.

     

    Comment planter l’agapanthe ?

     Il faut savoir que la rusticité moyenne de la plante est de moins 5 degrés, vous pourrez ainsi la cultiver en pot si vous le souhaitez, notamment si vous résidez au nord de la Loire. Les variétés avec du feuillage caduc s’avèrent être plus rustiques. Aussi, ces espèces peuvent être plantées en pleine terre. Il faudra penser à placer une protection si hivers rigoureux.

    Vous privilégierez un sol bien drainé et riche et un terrain plutôt neutre, voire calcaire. Ainsi, cette plante peut être placée en arrière-plans, massifs, bordures, potées et pots. La plantation du rhizome doit être effectuée au début du printemps, ensuite sa taille n’est pas nécessaire. Peu exposée aux maladies et ravageurs, l’agapanthe représente ainsi un choix facile, néanmoins, les limaces sont assez intéressées par ce type de fleurs. Il est vrai que certains pensent que l’agapanthe est réservée pour les jardins du Midi ou en Bretagne. Vous noterez que l’agapanthe est bel et bien présente dans les jardins dans toute la France.

     

    Quelle floraison et effet décoratif pour cette plante vivace ?

     L’agapanthe révèle une belle silhouette exotique en raison de son origine sud-africaine. Elle parait, au départ, un peu frileuse, pour un jardinier peu habitué à cette fleur. Aussi, il faudra faire le bon choix. Des espèces nouvelles ont été créées, et elles sont fort résistantes et faciles à planter en pleine terre, et aussi pour des climats rigoureux. Au printemps, c’est la renaissance de la plante révélant une belle vitalité. Elle offre une floraison surprise après sa disparition pendant tout l’hiver ! Ainsi, elle réapparait à chaque printemps, au fil des ans et de plus en plus florifère.

    Très généreuse quant à son feuillage, la plante peut être associée ainsi facilement à diverses décorations. Côté exposition, elle doit être exposée au soleil. Effet spectaculaire garanti pour cette plante qui enchante le jardinier. Cette plante une fois en place tolère parfaitement la sécheresse en été, et aussi, ce qui est surprenant, les oublis d’arrosage. Présentant une allure graphique, cette fleur est la star des jardins, notamment lorsqu’elle est plantée en pot. Révélant entre 20 et 30 ombrelles, elle vous récompensera en développant de gros bouquets pendant longtemps. Parfaite dans une scène de verdure minimaliste et contemporaine, cette plante peut être considérée comme un choix bien pensé dans une atmosphère romantique, naturelle ou exotique aussi. Vous pourrez la marier avec des graminées ou également des ombellifères légères.

     Tout au long de sa floraison et au fil du temps, les touffes seront plus fournies, offrant une décoration semblable à un arbuste. Cette plante est belle tout au long de l’été et ce jusqu’en septembre. Dotée d’un feuillage vert brillant et magnifiquement dessiné, l’agapanthe est véritablement une plante d’apparat.

    Quelles sont les diverses variétés d’agapanthe ?

     Majoritairement originaires d’Afrique du Sud, les agapanthes sont regroupées en 2 types : espèces avec feuillage caduc, les feuilles tombent à la fin de l’automne, et celles au feuillage persistant, avec des feuilles tout l’hiver. La première catégorie, est à planter en climat doux, littoral ou méditerranéen ou pour les plantations hivernales. Les agapanthes de l’autre groupe peuvent être placées partout en France. Elles peuvent résister à des températures très froides, jusqu’à moins 20 degrés. Un 3ème groupe est à préciser révélant une rusticité moyenne, ces agapanthes peuvent être plantées en pleine terre, avec éventuellement une protection hivernale. Il faut souligner que la qualité du sol est capitale pour la résistance de la plante au gel. Ce sol doit être aussi parfaitement drainé.

     

    Comment cultiver l’agapanthe ?

     Plante facile, l’agapanthe nécessite du soleil. Elle se plait en pot, plantation à privilégier pour les régions au climat plus rigoureux. Elle s’épanouira beaucoup au soleil, elle apprécié non seulement la chaleur mais aussi la lumière. Lors des deux premières années de sa croissance, l’agapanthe doit être arrosée régulièrement, une fois par semaine. Ensuite, il faut noter qu’elle supporte très facilement la sécheresse.

    Peu gourmande en engrais, l’agapanthe, croit facilement notamment au début de la végétation. Elle a de la chance de ne pas avoir d’ennemi qui pourrait entraver son développement. Vous prendrez soin après la végétation de couper les fleurs bien au ras du sol. Si vous souhaitez recueillir quelques graines, il ne faudra pas couper les fleurs. Si votre agapanthe se plait, elle se développera facilement. Magnifique, la plante donnera de nombreuses fleurs.

     

    Quelles sont les variétés rustiques à privilégier ?

     La catégorie des agapanthes les plus rustiques, résiste à des températures de – 15 à – 20 degrés, elles se plaisent partout. A choisir des valeurs sûres comme des hybrides appelées « Headbourne », ces dernières fleurissent en juillet et en août et offrent un feuillage plutôt large et court. Cette plante est robuste. Une autre variété est la « Blue » et révèle des ombelles larges couleur bleu clair, la « white » offre des fleurs blanches. Comptez sur une hauteur de 70 à 100 centimètres. A connaître également la variété « Bressingham Blue », elle propose des ombelles bleu violet et pendantes, mesurant une hauteur de 80 centimètres.

     

    Que choisir comme espèces moins rustiques ?

     Les espèces moyennement rustiques peuvent résister à des températures en-dessous de 8 degrés. Ces variétés pourront s’épanouir dans des endroits protégés avec des gels de durée courte, comme en terrasses et jardins urbains, ou des murs avec une exposition ensoleillée. Elles présentent une très bonne résistance face à la sécheresse, notamment dans des grands bacs ou pour des jardins d’envergure.

    La variété A. praecox ssp orientalis, présente des gerbes élégantes de haute taille, avec un feuillage ample et résistant. Ses grosses fleurs montrent un diamètre de 20 centimètres à partir du mois de juin. Il faut savoir qu’une touffe datant de quelques années, comprend environ 100 inflorescences, pour une hauteur de 1 à 1,50 mètre. Une autre fleur nommée « Dr Brouwer » offre une magnifique floraison tout au long de l’année. Sa touffe dense, est persistante, elle révèle aussi des tiges florales plutôt brunes. Ses tiges comprennent des inflorescences de coloris violet avec des boutons bleu intense. Ses nuances sont bleu intense et nervurées avec des touches violettes lors de l’éclosion, cette variété montre une hauteur de 90 centimètres. Une autre espèce à mettre en lumière est la « Roserwarne », offrant des ombelles grandioses taille XXL. Ces ombelles divines sont de couleur bleu clair et aussi veinées avec des pointes bleu foncé, ses ombelles peuvent mesurer jusqu’à 30 centimètres de diamètre. Dotée d’un feuillage semi-persistant, plutôt vert clair, cette agapanthe peut mesurer jusqu’à 1 mètre de hauteur.

    Une autre agapanthe propose une version couleur blanc pur, elle est appelée « Polar Ice » Elle développe aussi de grosses ombelles avec des fleurs d’un blanc pur éclatant et des étamines brunes qui éclosent entre le mois de juin et août. Ses boutons sont divins d’une nuance blanc rosé, elle révèle un feuillage persistant mesurant une hauteur de 70 centimètres.

     

    Pour quelles variétés opter en climat doux ?

     Les variétés à sélectionner pour des potées ou climats doux, résistent à des températures fraîches, jusqu’à moins 4 degrés. Elles pourront être cultivées en pleine terre, toutefois les périodes de gels doivent demeurer rares et peu prolongées, entre 3 et 4 jours maximum. Aussi, vous pourrez porter votre choix sur, par exemple, l’A. umbellatus, surnommée africanus ou praecox. Ces agapanthes sont très fréquentes, car elles sont florifères montrant des touffes denses avec des feuilles persistantes. Elles déploient des fleurs bleu lavande ou de coloris blanc, elles révèlent une hauteur notable, mesurant 120 centimètres.

    Si vous disposez de petits espaces ou de petites potées, la variété « Peter Pan » est une variété naine, ne dépassant pas 50 centimètres de hauteur. Ce type expose des ombelles couleur bleu franc pendant tout l’été, avec des feuilles persistantes et une touffe bien compacte. Une autre variété est à recommander, appelée Tom Thumb, espèce comprenant des attraits semblables et des fleurs bleu foncé. Une autre espèce à mettre en avant est l’agapanthe Thinkerbell, de petite taille, entre 30 et 45 centimètres de hauteur. Avec un feuillage persistant étroit, fin et panaché de crème, la plante se pare de petites ombelles couleur bleu clair à la fin de l’été.

     Une autre espèce à souligner est la Black Buddhist, au coloris inattendu : ombelles importantes de couleur violet foncé, sur de grandes tiges (hauteur : 90 centimètres environ).

     

    Etes-vous informé ?

     L’agapanthe est surnommée la fleur de l’amour, en effet, agapé en grec ancien veut dire amour et le mot anthos, fleur. Elle est originaire des jardins exotiques du Cap de Bonne Espérance, lieu idyllique pour cette fleur séduisante. Des explorateurs hollandais ont ainsi rapporté cette plante d’Afrique du Sud, au XVIIème siècle. Lewis Palmer, un anglais a réussi à obtenir à l’époque les premiers hybrides, Headbourne, dits rustiques. Monet fut très inspiré par les agapanthes pour la composition de son jardin et aussi pour ses créations artistiques.

    L’agapanthe comporte ainsi de nombreux atouts, à découvrir ou redécouvrir au cœur de son jardin !

  • Alstroemères
    Alstroemères
  • Amaryllis et Crinums
    Amaryllis et Crinums

    L’amaryllis est une plante bulbeuse qui fleurit au cours de l’automne, mais également en hiver si elle est installée dans votre intérieur. Originaire d’Amérique centrale et du Sud, mais également des Caraïbes, cette plante fait partie de la famille des narcisses. En effet, sa floraison se fait à partir d’un bulbe. Son véritable nom, dans le langage des fleuristes, est hippeastrum, signifiant en grec « étoile de chevalier ». En effet, ce nom est notamment dû à la disposition de ses pétales en étoile. Symbole de fierté et totalement envoûtante, cette fleur est généralement offerte en guise d’amitié ou d’affection pour une personne. D’ailleurs, l’amaryllis est parfaite pour concevoir un bouquet de séduction, car la fleur en elle-même est totalement séduisante.

    Comment se plante l’amaryllis ?

    La plantation se fait entre le mois d’octobre et mars, notamment en fonction de la période à laquelle vous désirez qu’elle fleurisse. Si vous désirez profiter d’une floraison au cours de Noël, il est alors nécessaire de planter vos bulbes au cours du mois d’octobre. L’amaryllis peut aussi bien être plantée en intérieur comme en extérieur. Si vous désirez la cultiver en intérieur, vous devez opter pour un pot dont le diamètre est assez grand pour accueillir son bulbe. Vous devrez également le planter immédiatement après l’avoir acheté, et ne pas attendre plusieurs jours. N’oubliez pas d’acheter également du terreau dédié aux plantes fleuries ou destiné au rempotage. Concernant la plantation du bulbe, il est nécessaire que les racines soient positionnées bien au fond et que la tige sorte de la terre.

    Si vous désirez opter pour une plantation en extérieur, c’est possible, mais pas en France. En effet, l’amaryllis ne supportera pas le froid de l’hiver français et cela pourrait lui être fatal. Cependant, si vous bénéficiez d’un climat doux dans votre lieu de résidence, vous pouvez alors choisir une plantation en extérieur. Il vous suffit pour cela de planter vos bulbes au cours du printemps afin qu’il n’y ait plus aucun risque de gel en mélangeant du terreau et de la terre de votre jardin. Lorsque la floraison sera terminée, il sera nécessaire d’ôter les bulbes pour les replanter uniquement au printemps suivant. Si vous désirez les laisser en terre à l’extérieur, la température hivernale ne doit pas descendre en dessous de 12 degrés. Dans tous les cas, conservez vos bulbes dans un endroit à la fois sec, aéré et dans l’obscurité.

    Quel est l’entretien de l’amaryllis ?

    L’amaryllis a besoin d’un arrosage régulier et d’un apport en engrais organique et cela dès que le bulbe sera planté. Attention, lorsque vous constatez que ses feuilles commencent à faner, vous devez immédiatement stopper l’arrosage. Il vous suffit alors de placer vos bulbes dans un endroit frais et aéré et d’attendre que les feuilles retombent sur elles-mêmes.

    Sachez qu’après chaque floraison, l’amaryllis a constamment besoin de se reposer durant au moins deux mois dans un endroit toujours frais et sec. Même si votre amaryllis est fleurie, vous devez continuer à l’arroser lorsque vous constatez que sa terre est sèche. Généralement, on recommande aussi d’ajouter tous les 15 jours une demi dose d’engrais destiné aux plantes fleuries.

    Pour information, l’amaryllis ne va constituer ses provisions qu’après qu’elle soit fanée.

    Que dois-je savoir sur l’amaryllis ?

    L’amaryllis puise ses origines dans un univers tropical et notamment en Amérique. Sa réputation a notamment été faite grâce à sa magnifique floraison, très généreuse et dont les couleurs sont splendides. Sachez que même si sa floraison est prévue pour la saison estivale, vous pourrez trouver des amaryllis dans le commerce durant les périodes de Noël.

  • Arums
    Arums
  • Bégonias
    Bégonias

    Le bégonia est une fleur très agréable à regarder dont la floraison est particulièrement généreuse et spectaculaire à la fois. Faisant partie de la famille des Bégoniacées, le bégonia est une plante annuelle qualifiée également de vivace. Il existe plus de 900 espèces différentes de bégonia. Cette plante originaire du sud et du centre de l’Amérique et de l’Asie se distingue notamment par de grandes fleurs rondes dont les couleurs sont vives.

    Comment se plante et se cultive le bégonia ?

    Le bégonia peut aussi bien être cultivé en pot, en jardinière ou dans un massif au milieu d’autres bulbes. Cette plante rustique supporte bien les températures basses certes, mais ne fera pas face au gel. Le bégonia est d’ailleurs une plante qui a besoin de temps pour se développer. Concernant les semis, il est recommandé de les démarrer dès le mois de janvier afin de pouvoir effectuer un repiquage au cours du mois de mars ou avril, et une mise en place définitive au cours du mois de mai lorsque les gelées seront bel et bien terminées.

    Concernant la plantation, le bégonia se plaît dans un emplacement semi-ombragé où le sol est à la fois humide et fertile. Lorsque vous planterez vos bulbes, veillez à bien respecter un écart de 10 à 15 cm environ entre chaque bulbe. Chaque bulbe aura ensuite besoin d’être correctement arrosé, de manière régulière. Sachez également que le bégonia peut aussi bien être cultivé en intérieur dans un pot vous permettant d’apporter de la luminosité à votre intérieur avec ses magnifiques couleurs. Veillez tout de même que votre bégonia soit exposé à la lumière sans être en rapport direct avec le soleil.

    Comment entretenir le bégonia ?

    Une fois que votre bégonia aura fleuri, il ne nécessite pas beaucoup d’entretien de votre part. En effet, il vous suffit de l’arroser deux fois par semaine et de lui apporter un peu d’engrais destiné aux plantes fleuries deux fois par mois uniquement. Prenez tout de même le temps d’ôter les feuilles fanées du bégonia lorsque celles-ci font leur apparition pour prolonger la floraison. Au cours de la saison hivernale, nous vous recommandons également de protéger vos bégonias en les recouvrant à l’aide de paillis végétal par exemple et de tout stocker dans un endroit frais de préférence. En effet, comme nous l’avions dit précédemment, le bégonia ne supporte pas du tout le gel. Lorsque le tubercule sera sec, il est alors nécessaire de le placer dans le sable jusqu’à ce que l’hiver soit terminé.

    Comment se déroule la multiplication du bégonia ?

    Il est tout à fait possible de multiplier le bégonia en divisant le tubercule au cours de la saison printanière. Faites tout de même attention à ce que le bourgeon reste en un seul et unique morceau.

    Ce que je dois retenir

    Voici rapidement toutes les informations qui concerne le bégonia, vous permettant ainsi de tout résumer :

    -       Plante fleurie

    -       30 cm de hauteur

    -       Couleurs : blanc, rouge, rose, jaune ou orange

    -       Emplacement ombragé ou semi-ombragé

    -       Exige un sol bien drainé

    -       Plantation entre avril et mai

    -       Floraison entre juin et septembre

    -       Parfaite pour être en pot en intérieur

  • Blétillas ou Orchidées jacinthe
    Blétillas ou Orchidées jacinthe

    Orchidée de jardin, la bletilla striata est originaire d’Asie. On peut découvrir ses premières pousses au cours du mois d’avril. D’une hauteur de 30 cm environ en fonction de l’espèce, les premières fleurs pourpres apparaissent au cours de l’été. Les fleurs finissent ensuite par disparaître, mais le feuillage persiste pour ne faner qu’au cours du mois de novembre. La disparition ne se fait que par la suite, mais le bulbe reste pour se reposer jusqu’au printemps suivant.

    Comment cultiver la bletilla striata ?

    La bletilla striata également appelée jacinthe est très facilement cultivable. Il est pour cela nécessaire de disposer d’un sol riche et léger, mais toujours bien drainé pour qu’elle puisse convenablement se développer. Si votre terre est compacte ce n’est pas grave, il vous suffit tout simplement de préparer un trou pour la plantation de grande taille pour que bulbe puisse se développer. N’oubliez pas de drainer le fond et de remplir avec une terre qui sera favorable à son développement. Plantez votre bletilla striata en zone ensoleillée ou semi-ombragée. Pourquoi ? Car cette plante apprécie la fraîcheur au cours de l’été et ne supporte pas d’avoir trop chaud.

    Concernant la plantation, vous devrez attendre le printemps pour planter vos bulbes à environ 7 cm de profondeur par groupe de trois ou quatre. Après quelques années, vous pourrez alors profiter de la touffe compacte qui se sera formée.

    Comment entretenir votre bletilla striata ?

    Moyennement rustique, cette plante doit être protégée au cours de l’hiver à l’aide d’un paillis, notamment dans les régions où l’hiver est plus rude. Il est également très important de faire attention à vos jeunes pousses durant le printemps, car ces dernières intéressent beaucoup les limaces. N’hésitez donc pas à traiter vos plantes et à tout mettre en œuvre pour qu’elles ne se fassent pas attaquer.

    Comment cultiver la bletilla striata en pot ?

    Comme nous l’avions stipulé précédemment, la bletilla striata est une plante qui peut être cultivée en pot. Si cette solution vous intéresse, nous vous proposons de découvrir quelques conseils pour que cela soit une véritable réussite. Vous devez tout d’abord choisir un contenant de grande taille, de 40 cm au moins pour que votre plante puisse se développer sans problème. Concernant l’arrosage, veillez à effectuer des arrosages réguliers et n’hésitez pas à ajouter de temps en temps de l’engrais destiné aux orchidées. Pour finir, lorsque l’automne fera son arrivée, il est recommandé de laisser vos plantes se reposer, mais surtout de les placer à l’abri du gel tout au long de la période hivernale. En effet, la bletilla striata est une plante très sensible aux grands froids et ne survivra pas au gel. Faites notamment attention au froid si vous désirez placer votre pot dans une véranda qui n’est pas chauffée l’hiver.

    Quelles sont les différentes espèces de bretilla striata ?

    Il existe de nombreuses espèces de bretilla striata, mais voici les deux principales :

    -       La bletilla striata qui est l’espèce type de base que vous rencontrez très fréquemment dans les jardins

    -       La bletilla striata var. Alba qui possède des fleurs blanches

  • Bulbes rares
    Bulbes rares
  • Cannas
    Cannas

    Le canna est une plante à bulbe parfaite si vous désirez réaliser un massif fleuri. Cette plante peut être associée à de nombreuses autres plantes annuelles que ce soit au cœur d’une bordure ou dans un massif de plantes vivaces. À l’allure exotique, cette plante est parfaite à côté de bambous, de graminées, ou d’autres plantes telles que le curcuma ou encore les arums. Originaire d’Amérique Centrale, cette plante arbore une rapide croissance avec un feuillage semblable à celui des bananiers. Sous différentes couleurs, le canna évoque les tropiques à son unique vue. Il faut savoir que vous pouvez trouver le canna sous différentes formes c’est-à-dire qu’il existe les cannas hauts pouvant atteindre 1,50 mètres et les cannas nains qui ne mesurent pas plus de 60 cm de haut. Il vous faudra ensuite patienter le mois de juillet pour profiter des premières fleurs.

    Comment planter le canna ?

    Commercialisé sous la forme d’un bulbe, le canna est disponible sur le marché entre le mois de février et mai. Lorsque vous serez certain que les gelées sont terminées, vous pourrez alors procéder à la plantation du canna. La plantation doit s’effectuer à partir du mois d’avril lorsqu’il ne fait ni trop chaud ni trop froid. Appréciant les emplacements ensoleillés, il est important également de trouver un endroit abrité du vent où la terre est consistante, riche et fraîche. Cette plante n’est pas rustique et vous devrez prendre le temps de l’arracher tous les automnes pour que le froid ne lui soit pas fatal. C’est uniquement en région méditerranéenne qu’il est possible de laisser le canna en terre au cours de l’hiver, tout en prenant le temps de protéger la plante.

    Quelles sont les étapes pour la plantation du canna ?

    Voici les étapes nécessaires pour planter votre canna :

    -       Bêchez la terre en profondeur pour que cette dernière soit ameublie. N’oubliez pas de retirer les cailloux ainsi que les mauvaises herbes.

    -       Installez du terreau ainsi que du compost pour que la terre soit plus fertile et meilleure.

    -       Il vous suffit maintenant de placer le bulbe à 5 ou 10 cm de profondeur, de reboucher le trou et de marquer l’emplacement du canna pour ne pas le perdre.

    -       Prenez le temps ensuite de bien arroser et d’arroser de manière régulière pour que son développement puisse se faire convenablement.

    Sachez que vous pouvez très bien faire démarrer vos cannas sous abri, dans une serre, et même à l’intérieur de votre domicile. Il vous suffit de placer vos bulbes dans des pots, et de planter à l’extérieur à partir du mois de mai. On préfère cependant les variétés de cannas nains pour une plantation en intérieur. N’oubliez pas également d’utiliser du terreau spécifique pour les géraniums, enrichi de compost.

    Quel est l’entretien nécessaire pour le canna ?

    L’entretien du canna n’est pas très complexe, mais certaines manipulations doivent être réalisées pour le maintenir en bonne santé. Tout d’abord, vous devez constamment maintenir sa terre humide. Vous pouvez donc utiliser un paillage pour cela, et procéder à des arrosages abondants et réguliers. Tout au long de son développement, le canna a également besoin d’engrais destiné aux bulbes ou aux plantes fleuries. Cela va notamment l’aider à se développer, vous offrant par la suite une floraison plus spectaculaire.

    Il est aussi nécessaire d’ôter régulièrement les fleurs fanées pour que ces dernières ne viennent pas former involontairement des graines.

    Au niveau des maladies, vous n’aurez pas d’inquiétude à avoir. En effet, le canna n’est pas la cible des parasites ou de maladies quelconques.

    Attention, comme nous le disions précédemment, le canna est une plante qui craint le gel et vous devez donc l’arracher de la terre dès que les premières gelées font leur arrivée. Il vous suffit donc de retirer les bulbes de la terre à l’aide d’une bêche, de secouer les souches et de couper le reste du feuillage à 5 ou 10 cm. Laissez ensuite les bulbes sécher et positionnez-les dans une cagette dans un local abrité du gel, du froid et du vent. On peut notamment évoquer un garage ou une cave. N’oubliez pas de retourner voir vos souches de temps à autre pour les humidifier. En effet, ces dernières peuvent complètement se dessécher.

    Si vous avez la chance de vivre dans une région où l’hiver n’est pas si rude, vous pourrez alors laisser vos cannas en terre durant l’hiver, tout en prenant le temps de les protéger. En effet, vous pouvez pour cela avoir recourt à un paillis par exemple.

  • Colocasia
    Colocasia

    Faisant partie de la famille des aracées, l’arum est une plante qui puise ses origines en Asie tropicale notamment en Chine, en Malaisie ainsi qu’en Birmanie. Également parfois appelée « Chou de Chine », cette plante est la cousine de l’alocasia et du xanthosoma. Cette plante se caractérise notamment par sa rapide croissance avec un tronc qui peut atteindre facilement 1 mètre de hauteur avec de très grandes feuilles. Il existe de nombreuses espèces de colocasia, et certaines espèces hybrides ont également fait leur apparition sur le marché. Possédant un bulbe de grande taille, certaines variétés peuvent tout de même être cultivées en pot dans votre intérieur.

    Comment se déroule la plantation du colocasia ?

    Afin que cette plante se développe de la bonne manière, il est nécessaire de la planter dans un terrain plutôt marécageux. Cela signifie notamment que cette plante a besoin d’être plantée dans une terre humide et riche à la fois pour qu’elle puisse se développer comme il se doit. Aimant la lumière, cette plante ne doit pas être exposée à l’abri du soleil, mais ne doit pas également être dans une zone trop ensoleillée. Pour cela, nous vous recommandons de la planter dans un emplacement semi-ombragé.

    Si vous désirez réaliser une multiplication de la plante, il est alors nécessaire d’avoir recourt au semis au chaud, de préférence dans une mini-serre où la température sera égale à 25 degrés au cours de la saisons printanière. Prélevez de jeunes bulbes à proximité du pied pour que cela soit plus efficace.

    Comment s’entretient le colocasia ?

    Le colocasia est une plante qui est très gourmande en eau, il est don important de l’arroser de façon régulière et de manière abondante. Concernant la terre, il est nécessaire de la fertiliser avec des engrais azotés comme le compost de gazon par exemple. Attention, le colocasia n’apprécie pas les froids extrêmes, et c’est pour cette raison qu’il est nécessaire de pailler cette plante lorsque les premières gelées font leur apparition. Au cours de la période hivernale et si la plante est située en intérieur, vous devez également réduire votre fréquence d’arrosage pour la laisser se reposer, mais également car ses besoins en eau seront réduits.

    Faites attention aux ennemis et maladies de cette plante. Le colocasia ne doit pas être placé dans une atmosphère trop sèche car cela pourrait favoriser l’apparition d’araignées rouges. N’hésitez pas à traiter la plante et son environnement contre les limaces et les escargots car ces derniers apprécient notamment le goût des feuilles du colocasia. Si le climat est trop frais, le bulbe du colocasia pourra alors également pourrir.

    Le colocasia en cuisine

    Vous ne le saviez peut-être pas, mais le colocasia est une plante comestible lorsqu’il est cuit. Attention, ne consommez surtout pas cette plante crue, car cela est toxique. Si vous désirez le déguster, il vous suffit tout simplement de faire tremper son bulbe, mais de prendre notamment le temps de le faire bouillir avant de le consommer. Une dégustation des plus originales avec le colocasia.

  • Crocosmias
    Crocosmias

    Fleur à bulbe, le crocosmias est une plante décorative qu’il est très facile de cultiver. Faisant partie de la famille des iridacées, le crocosmia peut également être considéré comme une plante vivace. Pouvant atteindre une hauteur de 60 à 120 cm, elle est originaire des régions australes et tropicales de l’Afrique. Cette plante gracieuse ne manquera pas d’égayer votre extérieur au cours de la période estivale. On la nomme également parfois montbrétia.

    Comment planter le crocosmias ?

    Le crocosmias se plante entre l’automne et le printemps pour qu’il puisse ainsi fleurir lorsque vient l’été. Voici comment planter le crocosmias de façon idéale :

    -       Choisir un emplacement ensoleillé ou semi-ombragé

    -       Le sol doit être classique, mais toujours bien drainé sans pour autant se sentir enterré

    -       La plantation doit s’effectuer à 10 cm de profondeur

    -       N’oubliez pas de respecter un intervalle de 5 à 10 cm entre chaque plantation de crocosmias

    -       Nous vous recommandons de planter le crocosmias par groupes de plusieurs bulbes afin que cela soit plus esthétique

    Lorsque cela fera trois ans que vos bulbes sont plantés, il est recommandé de diviser les souches en séparant les bulbes pour que le pied de la plante puisse se régénérer. Cette division est effectuée, de préférence, au cours de la saison estivale. Pour cela, il vous suffit de sortir la souche de la terre en vous munissant d’une bâche. Le bulbe doit être sectionné grâce à un couteau aiguisé. N’oubliez pas de bien arroser votre bulbe une fois que toutes ces étapes auront été réalisées.

    Comment effectuer un semis de crocosmia ?

    Si vous désirez réaliser un semis, vous devrez pour cela attendre le mois de septembre ou octobre. Pour cela, laissez votre semis en pot à l’extérieur, mais dans un endroit qui est tout de même à l’abri des intempéries et cela durant toute la saison hivernale. Sachez que la floraison n’aura ensuite lieu que deux ou trois ans après le semis. Le repiquage est ensuite réalisé en pleine terre lorsque les premières feuilles font leur apparition.

    Comment entretenir le crocosmia ?

    Cette plante vivace est fortement appréciée pour sa facilité d’entretien. En effet, il n’est pas nécessaire d’avoir recourt à un quelconque soin pour qu’elle puisse se développer. Certaines recommandations vous sont tout de même transmises pour l’entretien du crocosmia, dont les suivantes :

    -       Effectuez un désherbage autour de la plante afin que cette dernière ne soit pas envahie par les mauvaises herbes.

    -       Otez les fleurs fanées lorsqu’elles font leur apparition, mais laissez toujours le feuillage devenir jaune afin que le crocosmia puisse faire ses propres réserves pour la floraison suivante.

    -       Ne l’arrosez pas car cette plante n’a pas besoin d’eau de façon régulière.

    Le crocosmia est une plante qui résiste facilement au gel, grâce à sa vivacité. Cependant, l’hiver ne droit pas être trop vigoureux et ne doit pas s’éterniser. Si vous constatez que l’hiver est rude, pensez à protéger vos bulbes. Il vous suffit pour cela d’avoir recourt à un paillage si les températures ne sont pas inférieures à -5° C. Si vous pensez que la température sera bien trop froide, il est alors nécessaire de déterrer vos bulbes et de les mettre à l’abri. 

  • Cyrtanthus ou Amaryllis pourpre
    Cyrtanthus ou Amaryllis pourpre
  • Eucomis
    Eucomis

    L’eucomis est une plante parfaite si vous désirez profiter d’un massif fleuri durant l’automne. Originaire d’Afrique du Sud, cette plante fait partie de la famille des liliacées. Elle comporte une quinzaine d’espèces différentes et s’avère très facile à cultiver. On ne la croise pas fréquemment dans les jardins, mais c’est pourtant une plante qui comporte de nombreuses qualités indéniables. En effet, elle fleurit généralement à la fin de la saison estivale et peut ainsi prendre le relais des autres plantes qui ont terminé leur floraison.

    Comment cultiver l’eucomis ?

    L’eucomis est une plante rustique si vous prenez le temps de la planter dans un sol drainé. Certaines variétés de cette plante s’adaptent plus facilement dans les zones fraîches, notamment l’Eucomis bicolor qui est l’espèce la plus rustique. Pour cela, vous devez planter votre plante à environ 15 cm de profondeur et n’oubliez pas de bien pailler le pied de votre plante au cours de l’automne. Cela va notamment permettre à votre bulbe d’être protégé du froid. Si vous désirez voir votre eucomis fleurir à la fin de la saison estivale ou au cours de l’automne, vous devez planter votre plante au printemps lorsque le gel ne fera plus son apparition. Plantez votre plante dans un emplacement très ensoleillé pour qu’elle puisse se développer convenablement. Il est donc nécessaire de choisir une situation où le soleil est présent durant plusieurs heures. Le sol doit être drainé certes, mais également fertile. Ajoutez donc un peu de compost au cours de votre plantation. Si vous optez pour une plantation en pot, plantez donc votre eucomis dans un mélange de terre, de terreau et de sable de rivière pour que le drainage soit convenablement réalisé. Concernant l’arrosage, il vous suffit de l’arroser une ou deux fois par semaine lorsqu’il fait beau et chaud. En effet, l’eucomis a besoin d’un sol frais, mais qui ne soit pas non plus trempé. Au cours de l’hiver, aucun arrosage n’est nécessaire, il vous suffit tout simplement de faire confiance à la nature.

    Comment entretenir l’eucomis ?

    Comme nous le disions précédemment, l’eucomis est une plante très facile à entretenir et qui ne nécessite pas beaucoup d’arrosages. Cependant, nous vous recommandons tout de même d’anticiper l’arrivé de la saison hivernale. Pour cela, il vous suffit de pailler généreusement le pied de votre eucomis, avec 20 cm environ de paillage au cours de l’automne. Cela est notamment recommandé dans les régions où le froid s’installe même si c’est une plante rustique. Si vous avez décidé de planter l’eucomis en pot, il est alors conseillé de rentrer vos pots au cours de l’hiver dans un endroit à la fois frais, lumineux et abrité du gel.

    Ce que je dois retenir pour résumer

    Voici ce que vous devez retenir sur l’eucomis :

    -       Une exposition dans un emplacement très ensoleillé

    -       Un sol à la fois drainé et fertile

    -       Une bonne rusticité avec une résistance aux températures négatives jusqu’à moins 7 °C

    Forte résistance face aux maladies et aux parasites

  • Freesia
    Freesia

    Le freesia est une magnifique fleur qui est très décorative, mais qui dégage aussi une odeur très agréable. Doté de fleurs en trompettes, le freesia ne manquera pas d’égayer votre jardin avec de magnifiques couleurs que ce soit rouge, violet ou encore blanc, en fonction de la variété de votre choix. Le freesia est une plante fréquemment utilisée pour la composition de parfums, notamment car elle dégage une forte odeur agréable. Originaire d’Afrique du Sud, cette plante est également parfois appelée « muguet du cap ».

    Comment planter le freesia ?

    Si vous vivez dans une région où le climat est tempéré, nous vous recommandons de planter vos bulbes au cours de la saisons printanière, c’est-à-dire entre le mois de février et mars. Dans une situation ensoleillée, le freesia se plaira et se développera parfaitement pour vous offrir une magnifique floraison de juillet à septembre ou de févier à mars pour les plantations en pot. Si vous résidez dans une zone où les gelées peuvent faire leur apparition, vous devez alors planter votre freesia dans un pot et le maintenir à l’écart du froid rigoureux. Aimant le soleil, le freesia se développe facilement dans un sol riche et drainé. Attention, comme vous avez bien pu le comprendre, le freesia n’est pas une plante rustique et ne supporte pas le froid. Vous devrez donc lui offrir la possibilité de se développer dans l’endroit le plus chaud et le plus ensoleillé de votre jardin.

    Concernant la plantation en elle-même, vous devez respecter un intervalle de 5 à 10 cm entre chaque plant. N’hésitez pas à former des petites touffes de 5 à 10 bulbes. Si vous désirez profiter d’une floraison au cours du mois de février ou mars, vous devez alors planter vos bulbes en pot et non en pleine terre, tout en prenant soin de bien les arroser régulièrement et de les conserver aussi dans un lieu abrité du froid et notamment du gel.

    Comment entretenir le freesia ?

    Le freesia est une plante particulièrement avantageuse, car elle vous permet de profiter d’une belle floraison sans pour autant devoir vous en occuper constamment. En effet, cette plante ne demande pas beaucoup d’entretien et il n’est donc pas nécessaire d’être un jardinier chevronné. Cependant, il est tout de même nécessaire de lui accorder une certaine attention pour éviter notamment toutes les maladies et favoriser sa floraison.

    Lorsque le freesia se développe et jusqu’à ce que ses feuilles deviennent jaunes, vous devez constamment arroser le sol lorsqu’il est sec, mais sans exagérer. En effet, le freesia ne supporte pas l’humidité. Pour cela procédez à un arrosage par semaine lorsqu’il fait chaud et ajoutez de l’engrais destiné aux plantes fleuries deux fois par mois avec un intervalle de 15 jours. Stoppez tout arrosage lorsque vous constatez que les fleurs sont fanées.

    La taille du freesia n’est pas obligatoire, mais cela contribue tout de même à améliorer sa floraison. Pour cela, vous devez tout simplement couper les fleurs au fur et à mesure lorsqu’elles sont fanées et couper le feuillage lorsqu’il devient jaune. Ne coupez surtout pas le feuillage avant que ce dernier ne devienne jaune car la plante a besoin de faire ses réserves pour la floraison suivante.

    Sachez et n’oubliez surtout pas que le freesia ne résiste pas au gel et que vous devez donc le préserver de toutes les éventuelles gelées. Les bulbes seront plus faciles à conserver si vous cultivez cette plante en pot. Dans tous les cas, au cours de la saison hivernale, vos bulbes doivent impérativement être conservés dans un endroit à l’abri de la lumière, frais, aéré, et surtout protégé du gel et ainsi que du froid.

    Ce que je dois retenir

    Voici les informations que vous devez retenir sur le freesia :

    -       Fleur très odorante

    -       Famille des iridacées

    -       Plante bulbeuse

    -       25 à 60 cm de hauteur

    -       Situation ensoleillée

    -       Sol sableux et léger à la fois

    -       Plantation en juillet à septembre pour une floraison en pleine terre

    Plantation en février et mars pour une floraison en pot

  • Glaïeuls
    Glaïeuls

    Le glaïeul est une plante à bulbe que l’on rencontre souvent dans les campagnes. En effet, ces dernières sont généralement cultivées pour pouvoir créer par la suite des bouquets. Très facile à cultiver, le glaïeul est une plante très peu exigeante qui ne nécessite pas une grande attention, ce qui en fait tout son charme. Comportant un feuillage vert, les fleurs ont la forme d’un entonnoir et sa floraison se déroule ainsi entre le mois de juillet et septembre, notamment en fonction du mois de plantation. Les couleurs du glaïeul sont très différentes en fonction de l’espèce choisie. La hauteur varie également pouvant parfois atteindre 1,20 mètres de hauteur.

    Comment planter le glaïeul ?

    Vous pourrez trouver le glaïeul en commerce au cours de la saison printanière. Afin de les planter de la bonne manière, vous devez choisir un emplacement ensoleillé, et dont la terre est classique, mais bien drainée. Concernant l’emplacement, vous devez tout de même choisir un emplacement qui est notamment abrité du vent pour ne pas que les tiges soient pliées par le vent. Afin de préparer le terrain, vous devez le bêcher de manière à ôter tous les cailloux présents ainsi que les mauvaises herbes. Si cela s’avère nécessaire, utilisez un engrais spécial bulbes pour que la terre soit plus riche. Vous devez ensuite installer vos bulbes à compter du mois d’avril et patienter ensuite 12 semaines environ pour profiter de la première floraison. Nous vous recommandons d’ailleurs de décaler la plantation de vos bulbes afin de profiter notamment d’une floraison tous les 15 jours. Pour la plantation en elle-même, privilégiez une profondeur de 12 cm, de façon linéaire et en réalisant des touffes de 10 à 20 bulbes. Lorsque votre plantation sera faite, il sera alors nécessaire d’arroser de manière légère et de mettre ensuite en place un tuteurage pour ne pas que les tiges de votre glaïeul ne se casse.

    Comment entretenir le glaïeul ?

    Une fois que votre plantation aura été effectuée, votre glaïeul n’a pas besoin d’entretien spécifique, mis à part la mise en place du tuteurage. Généralement, le glaïeul se cultive en tant que fleur à couper. Évitez tout de même de récolter le feuillage lorsque vous allez cueillir vos fleurs, car ce dernier permet à la plante de constituer ses réserves et permettre ainsi de vous offrir une magnifique floraison l’année d’après. Si vous désirez arracher vos bulbes au cours de l’automne, il est nécessaire d’attendre que toutes les feuilles soient fanées ou brunies à cause de la gelée. Une fois que vous aurez retiré vos bulbes, il vous suffit de les placer dans un endroit sombre et abrité du gel. Vous pouvez donc opter pour votre cave ou éventuellement votre garage. Ces bulbes pourront ainsi être replantés l’année d’après durant la saison printanière afin de vous faire profiter d’une nouvelle floraison. Si vous avez la chance de vivre dans une région où le climat est plutôt doux, vous pourrez alors laisser vos glaïeuls directement en terre et ne pas les ôter au cours de l’automne. Cependant, il est possible que ces derniers deviennent moins productifs lors de la floraison car ils seront constamment confrontés aux intempéries, et n’auront pas vraiment de moment de repos.

    Comment associer les glaïeuls ?

    Comme vous avez pu le comprendre, le glaïeul est une plante destinée à être coupée pour être placée dans un vase durant deux semaines environ. Au cœur de votre jardin, les glaïeuls seront parfaitement en accord avec les dahlias, les lys ou encore les montbretias. Le glaïeul peut aussi être utilisé pour créer une plate-bande de plantes vivaces ou annuelles afin de donner du volume à l’ensemble.

  • Hedychiums
    Hedychiums
  • Incarvillées
    Incarvillées
  • Ismènes
    Ismènes
  • Leucocoryne
    Leucocoryne
  • Les Lis (Lys)
    Les Lis (Lys)

    Le lys est une plante à bulbe dont la floraison se déroule au cours de l’été. Originaire de tout l’hémisphère du Nord, cette plante est sauvage comme la plupart de ses variétés. Comportant de magnifiques fleurs en trompettes, cette fleur dégage une odeur très agréable et parfumée. Son coloris varie du blanc au rose en passant par l’orange. La floraison s’étale du mois de mai au mois de juin voire jusqu’en septembre pour certaines variétés de fleurs.

    Comment planter des lys ?

    Afin de favoriser le développer du lys, il est nécessaire de le planter dans une terre drainée, fraîche au cours de la saison estivale, sans présence de calcaire et dans un emplacement ensoleillé. La plantation des bulbes doit notamment avoir lieu entre septembre et mai maximum en prenant soin de les planter à une profondeur de 15 cm. Veillez à ce que la terre soit ameublie et riche. N’hésitez pas à utiliser de l’engrais dédié aux bulbes si votre sol n’est pas très fertile. Attention, si vous optez pour l’espèce de Lys de la Madone, sachez que cette variété tolère les sols calcaires ainsi que la sécheresse. De plus, la plantation s’effectue alors durant l’automne à une profondeur de 5 cm environ, mais toujours dans un emplacement exposé au soleil. Après avoir réalisé votre plantation, procédez à un arrosage léger et n’oubliez pas de marquer l’emplacement de vos plantations à l’aide de bâtons. Cela vous permettra de les repérer facilement et de ne pas mettre de coup de binette sans le vouloir.

    Sachez tout de même que le lys est une plante qui peut être cultivée dans un pot pour apporter une petite touche décorative à votre balcon ou votre terrasse. Attention tout de même à bien drainer le pot à l’aide de 5 cm environ de billes d’argile expansées. Remplissez ensuite votre pot avec un tiers de terre franche végétale, un tiers de terreau de plantation et le reste avec du sable grossier et la moitié de terre de bruyère. N’oubliez pas d’exposer votre pot au soleil ou dans une zone semi-ombragée tout en maintenant la terre suffisamment humide durant tout son développement.

    Comment entretenir le lys ?

    Lorsque vs bulbes de lys seront plantés, ces derniers ne nécessitent pas grand soin. Voici quelques conseils pour l’entretien de vos lys :

    -       Humidifiez de façon régulière la terre avec des arrosages fréquents, mais légers. Cela doit être réalisé durant toute la période de développement de la plante, mais également durant sa floraison.

    -       Vous devrez également procéder au tuteurage des lys pour que les tiges puissent se développer sans pour autant se briser avec le poids des fleurs.

    -       Le lys peut être attaqué par certains insectes notamment un petit insecte dont la carapace est rouge. Ce dernier va alors venir apposer ses larves qui vont ronger les feuilles du lys. Sachez que cet insecte que l’on appelle « criocère du lys » peut être combattu grâce à un insecticide. Ce dernier doit généralement être pulvérisé le soir lorsque les larves font leur apparition.

    -       Ôtez régulièrement les fleurs fanées afin que les graines ne viennent pas épuiser le bulbe, vous permettant ainsi de préserver le feuillage. Le feuillage doit notamment être conservé pour que la plante puisse faire ses réserves pour la floraison suivante. Pour cela, vous pouvez également l’aider grâce à un engrais spécial bulbes au cours de sa floraison.

    -       Sachez que le lys est une plante rustique qui résiste parfaitement au froid. Pour cela, vous pouvez laisser vos bulbes en terre durant l’hiver sans aucune crainte.

    -       Sachez que le lys est également une plante qui a la capacité de se multiplier toute seule, ce qui permet ainsi de profiter de nouvelles fleurs chaque année sans ne rien faire.

    Comment associer le lys ?

    Le lys est une plante qui s’utilise aussi bien en bordure que dans les massifs. Cette plante est parfaite pour être associée aux plantes vivaces qui fleurissent à la même saison. On peut notamment évoquer les géraniums vivaces ou encore les hémérocalles. Le lys s’associe aussi très bien avec les rosiers. Cette plante est également conçue pour orner les balcons ainsi que les terrasses. Le lys sera aussi une excellente plante pour concevoir tous vos bouquets, vous permettant ainsi de profiter de fleurs à couper odorantes et de grande qualité. N’hésitez pas à planter différentes espèces de lys pour profiter d’une floraison différente et pouvoir ainsi concevoir de magnifiques bouquets.

  • Nérines
    Nérines

    La nérine est une plante très appréciée pour la floraison qu’elle confère. En effet, très originale, elle est également très facile à cultiver ce qui est un véritable atout. Profitez d’un magnifique jardin sans pour autant devoir vous fatiguer dans un entretien totalement complexe. Cette plante à la fois rustique et vivace est une plante herbacée originaire de l’Afrique du Sud. Avec plus de trente espèces différentes, la nérine est notamment cultivée pour la beauté des fleurs qu’elle procure. En effet, il n’est pas rare dans retrouver dans les bouquets ou d’en apercevoir dans les jardins. Parfois scintillante, la nérine donne l’impression de jouer avec les couleurs comme si elle contenait de petits diamants.

    Comment planter la nérine ?

    La nérine est une plante qui doit être placée au pied d’un muret, dans une bordure ou encore au cœur d’un massif. Parfaitement abritée du vent, elle apprécie notamment les zones ensoleillées pour pouvoir se développer convenablement. Le sol doit être drainé pour votre plantation, et il peut très bien être pauvre, sableux ou encore caillouteux, cela ne pose pas de problème. Il est tout de même important d’éviter tous les apports de matière organique car cela va contribuer au développement des fleurs, mais ne sera pas favorable pour le développement de la floraison. Nous vous recommandons de planter vos bulbes par groupes de dix au cours du mois d’avril, et cela en respectant une profondeur de 10 cm. N’oubliez pas également qu’il est important d’espacer vos bulbes en respectant un intervalle compris entre 15 et 20 cm. Durant la période de végétation, il est aussi conseillé d’arroser de façon légère, uniquement en cas de besoin.

    Comment entretenir la nérine ?

    La nérine n’est pas une plante dont l’entretien s’avère trop complexe. Il vous suffit uniquement de supprimer les hampes florales lorsque les dernières fleurs sont fanées, en prenant soin de ne pas toucher le feuillage. Durant le repos au cours de la saison estivale, laissez le sol sec et ne procédez à aucun arrosage. En effet, la floraison sera alors généreuse dans ce cas en suivant ces conseils. Il faut également prendre en compte que les bulbes sont rustiques et résistent à des températures jusqu’à moins 12 degrés. Pour cela, nous vous déconseillons de les ôter de la terre, mais de les maintenir en place durant environ 5 ans, car c’est à ce moment et durant ces années que la floraison est la meilleure. Prenez tout de même le temps de protéger vos souches à l’aide d’un paillis constitué de feuilles mortes si vous devez faire face à de fortes gelées. Sachez que la nérine n’est touchée par aucune maladie à ce jour. Le seul ennemi de la plante reste la limace qui peut alors venir déguster les jeunes feuilles. N’hésitez donc pas à traiter les alentours de la plante avec du produit contre les limaces, sans pour autant que cela soit néfaste pour vos plantations de nérines.

    Si vous désirez multiplier vos nérines, il vous suffit de prélever des caïeux au cours de la saison de repos (été). Ces derniers pourront alors fleurir au bout de trois ans. Vous pouvez également, si vous le désirez, semer vos graines en mélangeant à du terreau ainsi que du sable. Les premières fleurs feront ensuite leur apparition au bout de 4 ans en règle générale.

    Quelles sont les différentes espèces de nérine ?

    Voici les espèces principales qu’il existe sur le marché :

    -       Nerine bowdenii Alba : comporte des fleurs blanches

    -       Nerine bowdenii Pink Triumph : comporte des fleurs roses argentées

    -       Nerine bowdenii Patricia : comporte des fleurs blanches et roses

    -       Nerine flexuosa Alba : comporte des fleurs blanches nacrées et de grande taille

    -       Nerine sarniensis : comporte des fleurs rouge vermillon

    -       Nerine undulata : comporte des pétales divisées et ondulées de couleur rose à lilas

  • Orchidées Rustiques
    Orchidées Rustiques
  • Ornithogales
    Ornithogales

    Originaire d’Afrique du Sud, cette plante à bulbe fait partie de la famille des liliacées. Il existe actuellement 80 espèces différentes de cette plante. Offrant une magnifique floraison orange au cours du mois de mars, cette plante vivace peut atteindre une hauteur de 30 cm. Cette fleur se rencontre généralement dans les pentes caillouteuses. Cette plante peut être plantée en extérieur certes, mais l’ornithogalum est une plante plus adaptée à un développement en intérieur. L’ornithogalum est une plante comportant des bulbes de grosse taille et d’où naissent plusieurs hampes florales. Les fleurs qui sont plutôt grandes se regroupent par groupe. Généralement, vous pourrez profiter de cette belle floraison durant un mois. N’oublions pas de préciser que cette plante est australe, cela signifie donc qu’elle fleurit durant l’été pluvieux au cœur de l’Afrique et se repose en hiver lorsque le temps est sec. Cependant, en se développant en Europe cela est différent. La floraison se découle de la fin de l’hiver au début du printemps et elle entre en dormance durant l’été jusqu’au début de l’automne.

    Comment planter l’ornithogalum ?

    Ayant besoin d’un emplacement ensoleillé ou semi-ombragé, l’ornithogalum est une plante peu rustique, qui résiste uniquement à des températures de moins 8 degrés. Afin que cette plante puisse se développer convenablement, il est nécessaire de lui apporter un sol à la fois argileux et caillouteux, légèrement acide ou classique avec une humidité normale. Il faut savoir que cette plante est généralement vendue dans les commerces en tant que plante d’intérieur. Pour favoriser son développement, nous vous recommandons de mélanger un tiers de terreau, un tiers de terre de votre jardin et un tiers de sable. Sachez que cette plante a besoin de 3 ou 4 heures de soleil par jour pour pouvoir se développer convenablement. Sachez que les arrosages doivent être copieux au départ, uniquement jusqu’à ce que les premières feuilles fassent leur apparition. Par la suite, vous devez laisser sécher la potée entre vos arrosages. Pour cela, veillez à ce que votre soucoupe ne trempe pas dans l’eau tout simplement. Vous pouvez reprendre ensuite vos arrosages après la floraison jusqu’à ce que les feuilles finissent par jaunir et mourir. Lorsque la floraison est terminée, il est alors recommandé d’ajouter un peu d’engrais destiné aux bulbes pour que ce dernier puisse faire ses réserves pour la prochaine floraison. Lorsque le bulbe se repose, il est nécessaire de le maintenir dans un endroit frais et d’arrêter les arrosages, mais en veillant que ce dernier ne se dessèche pas. Si vous résidez dans une région au climat doux comme en zone méditerranéenne, vous pouvez bien évidemment planter votre ornithogalum en extérieur, mais dans une terre bien drainée. Il sera alors nécessaire de les planter à 2 cm sous terre uniquement, et de mettre en place un paillage pour l’hiver.

    Quels sont les problèmes avec l’ornithogalum ?

    Comme vous pourrez le constater, l’ornithogalum a tendance à s’étioler et à se ramollir lorsqu’il sera chez vous. Pas de panique ! Cela est notamment dû au fait que la plante soit placée avant la vente, dans un pot trop petit pour que ses racines puissent se développer. Ainsi, il est recommandé de prendre le temps d’améliorer ses conditions de vie en le rempotant rapidement dans un pot bien plus grand que lui. Évitez de toucher tout de même à la motte de racines, et installez-le ensuite devant une fenêtre. N’oubliez pas de l’arroser abondamment durant sa floraison et vous verrez qu’il vous réservera de belles surprises.

    Comment multiplier cette plante ?

    Si vous désirez procéder à sa multiplication, c’est possible. Cela s’effectue par semis. Généralement, vous devez compter deux semaines pour que les graines fraiches puissent germer. Les bulbes vont alors former des bulbilles que vous pourrez diviser lorsque vous allez rempoter avant que la plante ne se repose.

  • Oxalis
    Oxalis

    L’oxalis est une plante d’intérieur que vous pouvez utiliser en pot classique ou en suspension. Également appelé « faux trèfle à quatre feuilles » ou « trèfle à fleurs roses », cette plante se sent très bien sur le rebord de votre fenêtre. Se trouvant facilement dans les commerces à la saison printanière, cette plante est vendue généralement en godet, en pot ou en bulbe. Composé de trois grandes feuilles ou plus en fonction de l’espèce d’oxalis, son feuillage est très original. Il existe d’ailleurs de très nombreuses espèces d’oxalis dont certaines sont vivaces, d’autres basses ou encore rampantes. Saviez-vous également que l’oxalis possède des propriétés médicinales à petites doses ? C’est pourtant le cas, mais à forte dose cette plante peut être vénéneuse. En effet, l’oxalis comporte de l’acide oxalique, faites donc très attention à ce que vos enfants ne mettent pas cette plante à la bouche.

    Comment cultiver l’oxalis ?

    L’oxalis est une plante qui se présente sous la forme de bulbes que vous devez planter ou sous la forme de pot. Ayant un développement rapide, cette plante doit être rempotée dans du terreau et du sable avant que la végétation ne reprenne au cours du mois de février. À la fin de l’hiver, les bulbes sont d’ailleurs replantés dans le même mélange. Se multipliant très facilement, il vous suffit tout simplement de diviser les bulbes pour le rempotage au cours du mois de février. Sachez que cette plante a impérativement besoin d’être exposée à la lumière, sans pour autant être en contact direct avec les rayons du soleil. Si vous le désirez, elle se plaît également dans les zones semi-ombragées, mais vous pourrez constater que sa floraison sera moins belle. Pouvant être installé en extérieur entre les mois de mai et septembre, vous devrez tout de même lui réserver un endroit lumineux et frais à la fois. Sa floraison se déroule ensuite entre mai et juillet si vous avez su lui apporter assez de lumière.

    Sachez que les températures de notre intérieur conviennent parfaitement au développement de l’oxalis. Cependant, nous vous recommandons d’éviter toutes les pièces qui sont trop chauffées, car il faudrait viser une température idéale de 18°C en moyenne pour son développement optimal.

    Comment entretenir l’oxalis ?

    L’oxalis est une plante qui doit constamment être maintenue humide entre le printemps et l’automne. Pour cela, n’hésitez pas à la vaporiser de temps à autres. Tous les 15 jours, il est recommandé d’ajouter de l’apport d’engrais liquide ordinaire durant la saison de sa floraison. Sachez que vous pourrez profiter d’un magnifique spectacle le soir. En effet, l’oxalis va fermer ses feuilles pour les ouvrir uniquement le matin. Totalement spectaculaire, cela ne manquera pas d’épater notamment les petits.

    Au cours du mois de novembre, nous vous conseillons de prendre le temps de couper les feuilles fanées de l’oxalis. Il vous sera ensuite nécessaire d’hiverner la plante dans un endroit sec et obscure que ce soit dans un garage ou dans une cave, mais la température doit impérativement rester comprise entre 5°C et 12°C.

  • Pleiones
    Pleiones

    La pleione, également appelée orchidée de Formose, est une plante faisant partie de la famille des orchidées. Cette plante comporte diverses origines, car elle est présente au Tibet, en Chine, à Taïwan, dans le Nord de l’Inde, mais également au cœur du Japon. Au feuillage caduc, cette plante est présente dans de nombreuses jardineries, généralement dans le rayon des bulbes que vous devez prendre le temps de planter. Comportant une dizaine d’espèces différentes, cette plante se développe dans les hautes altitudes entre 1 000 et 3 300 mètres.

    Comment planter et cultiver la pleione ?

    La pleione a besoin d’être planté dans un environnement où le climat est doux afin qu’elle ne soit pas exposée au gel. En effet, cette dernière n’est pas très résistante face au froid. Il est recommandé de planter la pleione dans un emplacement semi-ombragé ou ombragé. Le sol doit impérativement être bien drainé, un mélange de sable, de sphaigne et de terreau. Il est recommandé que le sol soit acide et frais, parfois même humide durant la période de végétation. La pleione est généralement utilisée en rocaille, bordure, en pot ou en jardinière. Nous vous recommandons de choisir des bulbes sains et de les planter au cours de la saison printanière. Nous vous conseillons aussi de les serrer dans une vasque de façon à ce que le résultat soit optimal. Chaque bulbe vous permettra de profiter d’une rose dont la hauteur est comprise entre 6 et 8 cm chaque printemps et cela pendant dix jours environ. Sachez que lorsque la floraison est terminée, votre pleione va continuer à se développer pour faire ses réserves. Le feuillage ne va alors disparaître que lorsque l’automne fera son apparition.

    Comment entretenir la pleione ?

    La pleione est une plante très facile à entretenir. Attention tout de même, cette orchidée n’est pas rustique et elle ne résiste donc pas au froid. Il est donc nécessaire de cultiver cette plante dans un pot si vous résidez dans une région où l’hiver est rude ou alors si vous estimez qu’elle pourrait être victime du gel. Il vous suffira alors de la conserver durant l’hiver à l’abri du froid et de la ressortir uniquement au moment du printemps lorsque la température nocturne sera supérieure à 10 degrés. Pour cela, mettez-la dans votre garage ou dans votre cave. Si vous le désirez, vous pouvez déterrer vos bulbes et les placer au sec jusqu’au printemps. Il vous suffira ensuite de les replanter avec d’autres orchidées. Au cours de l’été, faites attention à ce que la plante ne soit pas trop exposée à la chaleur.

    Sachez que cette plante ne nécessite aucune taille. Attention tout de même aux envahisseurs tels que les limaces, les cochenilles ou encore les araignées rouges qui peuvent endommager votre pleione.

    Quelles sont les différentes espèces de pleione ?

    Bien évidemment, il existe de nombreuses espèces de pleiones, dont voici les principales :

    -       La pleione formosana : l’espèce que nous avons décrite précédemment et plus courante

    -       La pleione formosana Alba qui comporte des fleurs blanches

    La pleione formosana Iris avec de belles fleurs roses

  • Rhodohypoxis
    Rhodohypoxis

    Le rhodohypoxis est une plante charmante faisant partie de la famille des hypoxidacées. Originaire d’Afrique du Sud, cette plante vous propose de profiter d’une floraison des mois de mai à octobre. Avec ses magnifiques fleurs roses et blanches, le rhodohypoxis forme un tapis de fleurs dans les prairies, mais également dans les endroits les plus rocailleux. Sa longue floraison est notamment due au fait que cette plante a la capacité de s’étaler. Parfaite pour habiller les pots des bonsaïs, le rhodohypoxis est une plante bulbeuse qui ne manquera pas de vous séduire par ses nombreux atouts. Il existe six espèces différentes de rhodohypoxis, à choisir en fonction de vos préférences.

    Comment planter et cultiver le rhodohypoxis ?

    Le rhodohypoxis est une plante originaire d’une région chaude et humide, mais l’hiver se montre sec. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle présente une sorte de rusticité au cœur de l’Europe. N’ayant pas peur du froid, cette plante redoute cependant l’humidité présente à proximité de ses racines. Si vous désirez cultiver cette plante de façon simple, il est recommandé de l’installer dans un pot qui vous permettra ainsi de la placer facilement à l’abri du gel au cours de la saison hivernale.

    Nous vous conseillons de planter le rhodohypoxis au cours de la saison printanière dans une terre parfaitement drainée pour favoriser son développement. Durant la saison de floraison, cette plante a besoin d’un sol humide, mais les racines ne doivent pas être inondées par l’eau. Pour cela, préparez un pot de sable non calcaire et de terreau riche en matière organique. Vous pouvez également favoriser le drainage en ajoutant des billes d’argile dans le fond. Bien évidemment, il sera nécessaire de mettre en place un arrosage de qualité. Sachez que votre plante doit impérativement être placée dans une situation ensoleillée, de manière à recevoir plusieurs heures de soleil par jour. Tous les mois, il est recommandé de lui apporter également une petite touche d’engrais pour l’aider à se développer et profiter d’une belle floraison.

    Lorsque la floraison sera terminée à la fin de l’été, il sera alors nécessaire de stopper vos arrosages et de placer votre pot à l’abri du gel, mais également de la pluie qui peut apparaître au cours de l’hiver. Si vous avez pris la décision d’installer votre plante en pleine terre, vous pouvez très bien retirer vos bulbes pou les protéger. Si vous résidez dans une région non touchée par le gel, vous pourrez alors très bien installer uniquement une protection contre les précipitations hivernales.

    Comment multiplier le rhodohypoxis ?

    Si vous désirez multiplier votre rhodohypoxis, c’est possible. Il vous suffit pour cela d’attendre le printemps et de le diviser et remanié tous les trois ans. Si vous désirez réaliser une plus grande propagation, vous pouvez alors vous aider de tronçons de rhizome que vous placerez dans une caissette. Vous pouvez aussi avoir recours au semis. Il vous suffit pour cela de préparer un mélange humide lorsque les graines sont matures et de les exposer ensuite au moins trois heures par jour au soleil.

  • Roscoeas
    Roscoeas
  • Tigridias
    Tigridias
  • Trilliums
    Trilliums
  • Triteleias
    Triteleias
  • Tulbaghias
    Tulbaghias
  • Scadoxus
    Scadoxus
  • Watsonias
    Watsonias
  • Oeil de paon
    Oeil de paon

    Originaire du Mexique et du Guatemala, l’œil de paon est une plante faisant partie de la famille des iridacées. Ses fleurs peuvent être de différentes couleurs en fonction de l’espèce c’est-à-dire rouge, orange, rose, jaune ou de couleur blanche. Comportant un feuillage caduc, cette plante vous permet de profiter d’une floraison durant les mois de juillet et août. Appelé également fleur de Tigre, lis de tigre ou encore fleur de paon, l’œil de paon est une plante bulbeuse qui comporte de longues feuilles à la fois fines et lancéolées. Comportant des fleurs étonnantes, elles vous offriront notamment un magnifique spectacle au moment de la floraison. Saviez-vous d’ailleurs que les fleurs de l’œil de paon ne vivent qu’une seule et unique journée ? Pas de panqieu, plusieurs fleurs font ensuite leur apparition sur le même pied, plus précisément au nombre de quatre.

    Comment planter et cultiver l’œil de paon ?

    Appréciant le soleil, cette plante doit impérativement être plantée dans une situation ensoleillée. Il est nécessaire de lui apporter un sol frais, humidifié et bien drainé à la fois. Surtout, ne soumettez pas votre plante à de l’eau stagnante car cela pourrait lui être fatale. Concernant la plantation en elle-même, réalisez-la au cours de la saison printanière en respectant une profondeur de 10 cm pour chaque bulbe. Afin que chaque bulbe puisse se développer convenablement, il est important de respecter une distance de 10 cm entre chaque bulbe. Cette plante gélive ne supporte pas le gel et vous devez donc y faire très attention. Si vous résidez dans une région où l’hiver est rude, prenez le temps de retirer vos bulbes lorsque la floraison sera terminée. Il vous suffit ensuite de les entreposer dans un endroit sec jusqu’à la prochaine saison printanière où vous devrez alors les replanter. Cette plante n’est pas du tout rustique, elle résiste uniquement à des températures qui ne sont pas inférieures à 8 degrés. Elle est donc généralement adaptée pour les régions où le climat est doux et c’est uniquement dans ces cas que vous pourrez laisser vos bulbes en pleine terre. Si vous désirez mettre en avant l’œil de paon, il est recommandé de planter les bulbes en groupe au cœur d’un massif ou en plate-bande.

    Comment multiplier l’œil de paon ?

    L’œil de paon peut être multiplié en utilisant la méthode du semis au cours du printemps. Il vous suffit pour cela d’effectuer la procédure dans une environnement chaud où la température est comprise entre 14 degrés et 18 degrés. Il sera ensuite nécessaire de patienter deux ans environ pour que vous puissiez voir apparaître la toute première fleur. La deuxième solution qui s’offre à vous est la division des bulbes au cours de l’automne.

    Quelles sont les différentes espèces ?

    Il existe différentes espèces d’œil de paon. En effet, elles sont plus précisément au nombre de 23 espèces. Les trois variétés les plus fréquentes sont les suivantes :

    -       Tigridia pavonia Canariensis qui comporte des fleurs jaunes

    -       Tigridia pavonia Alba qui comporte des fleurs blanches

    Tigridia meleagris qui comporte des fleurs roses 

  • Dahlias
    Dahlias

    Floraison unique au cœur de votre jardin d’ornement, le dahlia offre un effet superbe en massifs comme en fleur coupée. Magnifique fleur, le dahlia vous enchantera grâce à des coloris éclatant, avec sa hauteur majestueuse et son port élégant. Révélant une facilité de culture et une rusticité moyenne, le dahlia peut être planté en intérieur comme en extérieur, en pots, bacs et terrasses pour profiter de ses fleurs magiques.

     

    Quelle exposition pour le dalhia ?

     Cette plante bulbeuse appartient à la famille des asteracées, elle pousse jusqu’à 150 cm de hauteur, et nécessite du soleil et de la chaleur pour s’épanouir pleinement. Elle préfère les sols ordinaires et enrichis. Ses fleurs resplendissantes et éclatantes révèlent leurs belles couleurs à la belle saison entre juin et octobre.

     

    Quels sont les conseils de plantation du dalhia ?

     Le dahlia doit être bien planté, il s’agit d’une étape capitale pour sa croissance et floraison. Pour bien planter les bulbes, la technique la plus utilisée est simple et fort rapide, et vous obtiendrez à coup sûr des fleurs superbes. Les tubercules doivent être placés en terre en avril et en mai, suite aux gelées. Appréciant les sols riches et drainés, le dahlia doit être planté à une profondeur égale à 5 ou 10 cm avec un espacement de 80 à 100 cm. La dahlia a besoin de lumière et soleil et doit être à son aise. Si votre terre est relativement pauvre, vous pouvez l’enrichir lors de la plantation à l’aide d’un amendement organique ou aussi du compost.

    Pour le semis de dahlias, la technique est assez élaborée et plutôt pour les initiés. Vous privilégierez un semis en terrine et en mars. Puis, vous les repiquerez en avril pour une mise en place en mai. Vous pourrez multiplier les tubercules par division à la saison printanière.

     

    Comment soigner vos dahlias ?

     Les dahlias pourront être entretenus très simplement. En effet, cette plante requiert peu de soin, quelques gestes vous aideront à prolonger la floraison. Ainsi, vous supprimerez les fleurs fanées, tout au long de la floraison. Quand les tiges seront fanées, vous couperez au ras. Les dahlias peuvent résister à des températures entre – 5 et – 10 degrés. Protégez-les en hiver avec du paillage végétal, au niveau des pieds. En cas de gelées fortes, il faudra rentrer les tubercules lors des premiers gels, et placez-les dans des lieux secs et abrités. Les dahlias sont résistants et apprécient les arrosages surtout en cas de sécheresse longue. Les bulbes de dahlias ne doivent pas être inondés, ils pourraient alors pourrir. C’est la raison pour laquelle, une terre bien drainée écarte tout risque, vous les arroserez sans mouiller le feuillage et éviterez les maladies de ce fait. Les arrosages sont préconisés le soir, dans le but d’économiser de l’eau.

     

    Quels sont les conseils pour une floraison prolongée ?

    En automne, la floraison du dahlia continue parfois et ce même en octobre. Vous penserez à un apport d’engrais spécial plantes fleuries dans la semaine pendant toute la floraison. Oter aussi toutes les fleurs fanées, votre dahlia ne sera pas épuisé et d’autres fleurs apparaitront alors. Les dahlias laissés pendant la saison hivernale, peuvent résister en cas de climat doux. Si vous vivez dans une région aux hivers rudes, alors rentrez vos bulbes avant les gelées. Le feuillage aura été coupé après sa fanaison, et ensuite il faut couper à une hauteur de 10 cm. Il est conseillé d’arracher les rhizomes et de les faire sécher.

    Penses à les nettoyer et vous les conserverez au frais et au sec, abrités de la lumière. Vous pourrez ensuite les replanter après les gels, au début du printemps.

    Dans les régions, vous apporterez une protection des tubercules avec du paillis.

    Quels renseignements à souligner pour le dahlia ?

    Le dahlia est originaire du Mexique, plante tubéreuse, le dahlia révèle des dizaines de variétés. Il existe ainsi le dahlia semi-cactus et cactus. On peut aussi trouver des dahlias à pompon, balles, décoratifs, en dentelle ou à collerette, offrant des coloris et formes variés. Concernant tout ce panel varié, le dahlia est monté sur une tige dressée dévoilant de jolies fleurs aux couleurs variées.

    Une espèce connue et magnifique est le dahlia imperialis, au label rouge, signe de qualité et résistance. Il existe des espèces aussi intéressantes que diversifiées comme le dahlia Café au lait, Aspen, Margaret kleene, Arabian night ou Bonesta et Chantal. Un conseil à appliquer est de placer du fumier lors de la plantation, ou éventuellement un engrais organique avec une diffusion lente pour booster la croissance et la floraison.

Showing 1 - 1 of 1 item
  • 0,30 € In Stock
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Pellentesque ullamcorper aliquet euismod. Mauris lobortis aliquet velit. Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Donec arcu diam, facilisis sit amet ipsum vitae, semper ultricies turpis. Etiam at consequat sem.
Showing 1 - 1 of 1 item

Comment planter vos bulbes ?

A quelle période et à quel endroit ?

Concernant les bulbes avec une floraison printanière, le moment opportun en matière de plantation est d’octobre à fin décembre. En effet, vos tulipes, narcisses, jacinthes, … se développeront plus facilement suite à une floraison de fin d’année. Toutefois, un bulbe dont la floraison a lieu en été, est plus sensible au risque de gel et au froid. Vous aurez ainsi à le mettre en terre à partir du mois de mars et ce jusqu’à fin mai, pour les régions au climat froid. Dans cette catégorie, vous retrouverez des dahlias, glaïeuls, bégonias et d’autres encore.

Il est vrai que des plantations échelonnées seront préconisées concernant des variétés utilisées comme fleurs à bouquets. Par conséquent, vous profiterez d’une belle floraison étalée et sur une durée plus longue. 

En ce qui concerne l’emplacement à choisir, tous types de sols convient à la culture des bulbes. Le sol doit être tout de même, extrêmement filtrant, en effet, l’humidité stagnante est un obstacle à la croissance des bulbes. Cette situation humide peut entraîner le pourrissement des plantes bulbeuses. Si vous optez pour un sol assez lourd, vous veillerez à apporter du sable lors de la plantation.

Les bulbes apprécient une exposition lumineuse, aussi une situation ensoleillée ou mi ensoleillée leur conviendra à merveille. A surveiller, quelques bulbes comme les anémones, les narcisses, les muguets, les bégonias et les muscaris préfèreront un emplacement plutôt ombragé, dans les sous-bois. 

Si vous envisagez d’implanter de belle fleurs et plantes de taille haute, comme les dahlias hauts ou des lys, vous devez savoir que leurs longues tiges sont assez sensibles au vent. Vous aurez ainsi à leur attribuer des endroits abrités ou vous prendrez soin de les tuteurer.

La densité et les méthodes de plantation

Dans un premier temps, vous aurez à désherber avec précaution et à ôter toutes les traces des racines, de liseron ou chiendent pour réaliser ensuite un bêchage adéquat. Vous veillerez à ne pas employer de fumier entraînant le pourrissement des bulbes, il est plutôt recommandé de leur apporter un engrais spécifique pour bulbes.

Ensuite, c’est le moment de placer les bulbes à leur emplacement. Pour ce faire, vous creuserez un trou à l’aide d’un transplantoir ou également un plantoir à bulbe. Attention, ne pas utiliser un plantoir conique afin de ne pas créer de poche d’air sous le bulbe. Pour la composition d’un massif entier de bulbes, vous prendrez soin de respecter la distance de plantation conseillée.

Il est vrai qu’en ce qui concerne la distance de séparation, il faut savoir que cette dernière varie d’une espèce à l’autre. De plus, cette séparation est à réaliser en fonction de l’effet, la configuration, et le style que vous désirez apporter à votre composition florale. Il faut tout de même mettre en avant, que pour les massifs, les plantations en groupe offrent un rendu décoratif charmant, élégant et très esthétique. 

La profondeur du bulbe

Les bulbes sont à planter en respectant également une profondeur selon la variété. Par exemple, les bulbes à floraison printanière, comme les scillas, les ravissantes renoncules, ou les sibirica se développeront à une profondeur d’une dizaine de centimètres. De la même manière, les anémones apprécieront une profondeur équivalente à 10 centimètres, comme les convallarias, muguets, perce-neiges et crocus.

Quant aux jacinthes, narcisses rocaille, muscari armeniacum, camassias, iris de Hollande et narcisses à grande fleur, une profondeur de 10 à 20 centimètres sera à respecter. Dans ce groupe, se situent également les tulipes et les scillas campanulata et botaniques.

Enfin, quelques tulipes et les fritillaires impérialis s’épanouiront plus facilement si vous plantez les bulbes à 30 centimètres de profondeur.

Pour leurs congénères à floraison estivale, comme les bégonias, cannas nains, cyclamens ou dalhias nains, elles nécessitent une petite profondeur de plantation, environ 10 centimètres. D’autres, un peu plus exigeantes pour leur croissance, comme les freesias, les cannas hauts, les dahlias et glaïeuls, requièrent une profondeur évaluée entre 10 et 20 centimètres. Cette mesure vaut aussi pour les montbretias et les zantedeschias aethiopicas. Pour les espèces offrant une belle hauteur à maturité, telles les lys, agapanthus, tigridas et nerines, 30 centimètres est une profondeur parfaite.

Quelques exemples particuliers

Les iris à grandes fleurs affectionnent tout particulièrement, la lumière et le soleil, tout comme un sol bien drainé. Ce terrain doit être neutre voire très calcaire. Pour cette variété élégante, le rhizome sera planté à ras le sol, vous aurez à laisser dépasser 1 tiers de la hauteur du bulbe, qui appréciera le soleil. En effet, uniquement, les racines seront complètement enterrées.

Au sujet des hémérocalles, ces belles plantes sont très résistantes face au froid et aux maladies et parasites. Une fois en place, elles embelliront votre jardin, pour 10 années de coloris splendides et fleurs à bouquets. Lors de la plantation, vous veillerez à enterrer très légèrement le collet.

Les reines du printemps, pivoines herbacées et romantiques à souhait, possèdent une végétation qui disparait complètement chaque année. Leur durée de vie est estimée à 30 ans, si elles bénéficient de conditions de culture favorables. Elles se développeront dans un sol riche et consistant, il doit être frais essentiellement lors du développement des touffes. Le terrain doit aussi être neutre et perméable, éventuellement légèrement acide. Lors de la plantation, vous penserez à bien recouvrir les yeux de la pivoine avec 3 centimètres de terre. 

La culture des bulbes en pot

Il faut savoir que de nombreux bulbes peuvent être cultivés en pots, en jardinières ou en bacs, idéal pour des petits terrains ou balcons. 

Pour une plantation en pot réussie, vous aurez à préparer au préalable un mélange fertile avec un tiers de terreau, un tiers de sable et un tiers de bonne terre de jardin. Vous y placerez vos bulbes et comblerez le trou. N’oubliez pas de tasser et de bien arroser. Le tour est joué !

Tout savoir sur la plantation de bulbes de printemps

Au cœur de votre jardin, vous projetez de réaliser un massif de plantes bulbeuses. Votre rêve est de composer des scènes champêtres offrant une floraison plus ou moins échelonnée afin de profiter de la belle floraison de vos bulbeuses comme des tulipes, crocus, jacinthes, ou narcisses. Les bulbeuses doivent être entretenues avec soin et elles vous offriront une palette de nuances et espèces. Grâce aux plantes à bulbes de printemps, vous vous ferez plaisir grâce à une variété d’espèces.

Avant de vous lancer dans la plantation, un certain nombre de conseils sont à suivre et vous réussirez assurément un parterre, massif ou bordure très esthétique et épanoui.

 

Où pouvez-vous planter les bulbes de printemps ?

 

Afin d’obtenir des plantes à la croissance prometteuse, vous choisirez des bulbes à positionner et les exposerez au soleil et à mi ombre. D’autres apprécient aussi l’ombre comme les perce-neiges ou les cyclamens.

Ces fleurs pourront être plantées en rocailles, bordures, massifs, pots et jardinières. Il est aussi tout à fait possible de les placer dans le gazon, ou sous un arbre d’envergure assez importante. La terre doit aussi être bien drainée de préférence.

Il faut aussi noter que quelques bulbes doivent être plantés dans des intérieurs, comme les narcisses, les tulipes botaniques, les crocus, ou les amaryllis. L’idéal est de pouvoir les forcer, autrement dit accélérer la croissance et floraison. Il est ainsi conseillé de les conserver suite à la réception de ces bulbes. 2 semaines de conservation seront ainsi suffisantes dans votre bac du réfrigérateur, avant de les planter.

 

A quel moment planter vos plantes bulbeuses ?

 

Les plantes à bulbes de printemps peuvent être plantés en terre entre le mois de septembre et le mois de novembre, et éventuellement au début du mois de décembre. Vos bulbes après la période de végétation, vous offriront une belle floraison le printemps venu. Des fritillaires ou des tulipes botaniques devront être plantées en septembre.

Il faudra planter ces bulbes de printemps dans un sol scrupuleusement préparé, tout en respectant une profondeur indiquée concernant chaque espèce de bulbe.

Concernant la plantation de bulbes en extérieur, il faudra ainsi, bêcher tout en profondeur, et ôter diverses plantes adventices et tous les cailloux ou gravier. Incorporez un peu de terre avec du sable et de la tourbe. Puis, vous pourrez attendre quelques jours avant de réaliser la plantation.

La profondeur du trou est en fonction de la taille des bulbes à planter, par exemple, 5 centimètres pour les perce-neiges, les crocus, les anémones ou les muscaris. Quant aux renoncules, vous les placerez à 8 centimètres de profondeur, 10 centimètres pour les lis, les freesias ou les narcisses.

En fait, il faut savoir que la profondeur doit être égale à 2,5 fois la hauteur du bulbe. Vous y parviendrez plus facilement avec un plantoir pour bulbes. Ce plantoir doit être gradué, ce sera ainsi plus pratique. Ainsi, placez les bulbes en les enfonçant dans la terre à la profondeur exigée, et ensuite vous pourrez retirer le plantoir, emportant un peu de terre. N’oubliez pas de positionner le bulbe la tête en haut, bien au fond du trou sur une petite couche de sable, de cette façon, le bulbe aura les pieds secs. Recouvrir de terre, aussi pour ce faire, il faut écarter le plantoir, il laissera de la terre emportée alors. Et n’oubliez pas de bien arroser pour terminer.

 

Comment réaliser la plantation des bulbes en intérieur ?

 

Quant à la plantation de vos bulbes en intérieur, il est important de les positionner serrés. Les crocus, tulipes, narcisses, amaryllis ou jacinthes seront les uns contre les autres, vous obtiendrez un bel effet de groupe, sauf pour l’amaryllis. Ce dernier, superbe et volumineux, sera planté dans un pot large et seul. Il faudra ne pas recouvrir entièrement les bulbes et vous veillerez aussi à laisser les pointes de vos bulbes dépasser au niveau de la surface.

Arrosez ensuite de façon régulière. La plantation dans un intérieur pourra être réalisée dans une carafe avec de l’eau.

 

Quels conseils de paysagistes suivre pour les bulbes de printemps ?

 

Pour accélérer la floraison, vous pourrez laisser les bulbes dans un lieu plutôt sombre, les pousses doivent être sorties d’au moins 8 centimètres. Vous pourrez aussi laisser les bulbes durant 8 jours ou plus, notamment dans le bac à légumes de votre réfrigérateur. Ensuite, vous pourrez les exposer à la lumière dans votre intérieur, et également à proximité d’un point de chaleur.

 

Dans quels endroits réaliser la plantation des bulbes de printemps ?

 

Les jardiniers tendent à s’accorder sur le fait que les plantes bulbeuses révèlent une facilité de culture, très appréciable notamment pour les débutants. Aussi, il faut savoir que les bulbeuses pourront être mariées en massifs, parterres, plates-bandes ou bordures avec des vivaces appréciant les expositions ensoleillées. Les bulbes de printemps peuvent être assortis avec des plantes bisannuelles telles les myosotis, les pensées, les pâquerettes, les giroflées. Vous pourrez aussi innover en les associant avec des aromatiques. Vous avez aussi la possibilité de positionner des bulbeuses dans votre maison au cœur de quelques plantes vertes, comme des bulbes de crocus, narcisses, jacinthes, tulipes, ou amaryllis.

Faites plaisir en créant des compositions sans oublier de positionner les variétés les plus petites devant, dans des parterres. Les espèces les plus hautes seront à planter à l’arrière.

 

Quelles sont les différentes variétés de bulbes ?

 

Il est vrai que le choix est large, et vous aurez ainsi devant vous de nombreuses propositions et combinaisons possibles.

Les tulipes par exemple peuvent vous aider à composer un superbe tapis floral, au printemps.

Entre le mois de janvier et juin, vous pourrez réaliser la plantation des bulbes printaniers et leur développement est variable, 10 centimètres pour les plus petites variétés comme les perce-neiges et crocus, idéal à placer au-devant dans vos massifs. Les plus grandes comme l’allium peuvent mesurer jusqu’à 1,20 mètre.

Menu