Garantie Végétale

Livraison offerte à partir de 30€

Paiement Sécurisé

Catégories
Comment planter des légumes ?

La culture du chou

Le chou prend aujourd’hui de plus en plus de place dans nos jardins. Et pour cause, c’est un légume facile d’entretien et qui offre une récolte toute l’année.

Le chou, caractéristiques et variétés de choux

Le Brassica Oleracea communément appelé chou est un légume de la famille des Brassicacées. C’est une plante robuste originaire d’Europe et qui est parfaitement adaptée à notre climat tempéré. Le chou apprécie les sols profonds et à tendance calcaire pour un bon drainage. Comme la plupart des légumes, le chou aime le soleil, mais redoute les périodes de sécheresse et demande un arrosage régulier.

Le chou regroupe de nombreuses variétés que l’on distingue en trois catégories :

  • Les choux pommés (chou cabus, chou de milan, chou chinois, chou rave)
  • Les choux non pommés (chou vert ou chou frisé)
  • Les choux à inflorescence (chou-fleur, brocoli, chou romanesco, chou de Bruxelles)

Plantation, semis et repiquage du chou

Les semis du chou se font en pleine terre et sous abri comme dans une pépinière. Chaque espèce de choux à des conditions de culture qui peuvent varier.

Le chou pommé :

Le semis de cette catégorie de chou se fait généralement à la fin de l’hiver ou bien au début du printemps en pépinière. Dès que des feuilles apparaissent, vous pouvez procéder au repiquage en pleine terre entre février et aout.

Le chou non pommé :

Il faut semer les graines de mars à juillet en pépinière et repiquez quelques mois plus tard avant l’hiver dès qu’apparaissent les premières feuilles.

Le chou à inflorescence :

Ce type de chou peut être semé dès mars et repiquer en mai à l’apparition de feuilles.

Quelques soit la variété de chou le repiquage doit s’effectuer lorsque le plant dispose de 3 à 4 feuilles, il est conseillé de répartir vos plants d’au moins 50 cm.

Entretien du chou 

Même s’il y a des choux plus résistants que d’autres, ce légume vert redoute particulièrement la sécheresse, il est donc important d’apporter un arrosage régulier en cas de fortes chaleurs. Pour optimiser les récoltes, un paillage de la terre autour des choux est conseillé.

Récolte des choux 

Après avoir exécuté vos semis dans les règles de l’art, place à la récolte ! Après le repiquage, il faut généralement attendre 3 à 9 mois selon la variété pour récolter les choux.

Pour les choux frisés, vous pouvez prélever récolter le légume feuille par feuille en fonction de vos besoins.

Parasites et maladies du chou 

Le chou est une plante robuste, mais qui redoute les attaques de nombreux parasites. En effet, la mouche du chou, la noctuelle, les chenilles, la piéride, les limaces ou encore les pucerons sont particulièrement friands des choux ! Pour lutter contre, il faut privilégier des solutions naturelles, comme la pulvérisation de savon noir ou d’insecticide naturel. Vous pouvez également planter des aromates comme le basilic à côté qui repousseront efficacement certains parasites.

En ce qui concerne les maladies, la hernie du chou et la fonte des semis sont des fléaux pour le chou. Pour prévenir efficacement ces maladies, plantez vos choux dans un sol calcaire, aéré et surtout peu acide.

Catégories
Comment planter des arbres et arbustes ? Comment planter des Bulbes ? Comment planter des légumes ? Comment planter des vivaces ?

Quelles sont les 4 composantes d’un jardin zen ?

Fan de l’esprit asiatique pour la conception de votre jardin, vous rêvez d’un style zen dans votre extérieur ? Découvrez toutes nos plantes sur notre jardinerie en ligne. Sachez que 4 éléments sont à respecter pour constituer ce type de jardin, comme le paysagiste Erik Borja, depuis 40 ans. Il a ainsi composé son jardin style japonais très inspirant. Ce sculpteur de formation est un amoureux de la nature, et notamment depuis un séjour effectué dans la Drôme, un domaine familial, en 1968. Son premier voyage au Japon a été pour lui une révélation. Depuis, il fait pousser des plantes et la terre est devenue son passe-temps favori. Pour la composition de son jardin zen, le paysagiste de talent a respecté la règle des 4 éléments.

Quel est le premier élément à mettre en avant dans un jardin zen ?

Le minéral est l’élément à considérer en premier lieu. L’espace de méditation offre une harmonie très agréable et douce, aussi, un étang comprenant des graviers et des pins révèlent une élévation spirituelle. Le « Kare san sui » représente un élément essentiel pour la conception d’un jardin zen, il s’agit d’un jardin sec avec du sable, des graviers, des rochers et de la mousse, au sein d’une végétation très verte et foisonnante. Végétation acclimatée à la région méditerranéenne.

Et pour le deuxième élément ?

Dans la constitution d’un jardin zen, le deuxième élément à prendre en compte est l’énergie. Ainsi, vous pourrez découvrir un chemin à l’esprit « shiki-Ishi » très étroit et cloisonné avec des buissons en forme de nuage. Ce chemin spirituel bordé d’ophiopogons, de liriopes, de carex et de bambous nains dorés, permet de guider son admirateur en direction de l’entrée du jardin. Ainsi, petit à petit, le jardin peut être comparé à un parcours initiatique, pour laisser à l’énergie une libre circulation avec beaucoup de fluidité.

Est-ce le végétal le troisième élément d’un jardin zen ?

En effet, le végétal compose ce troisième élément, l’érable masque traditionnellement une partie de la cascade. Cet arbre révèle toute une palette de nuances diverses tout au long des saisons. Cet arbre offre ainsi un spectacle saisissant. La végétation aux alentours est omniprésente, et elle rayonne véritablement. Ainsi, ce paysage magnifique révèle un pin sylvestre et un pommier à fleurs proposant ainsi un tableau divin à couper le souffle. Vous vous enchanterez devant une multitude de formes et une incroyable explosion de couleurs. Vous profiterez d’un spectacle éphémère plein de poésie, pour les japonais.

Quel est le dernier élément pour constituer un jardin zen réussi ?

L’eau constitue ainsi le dernier élément à souligner pour la création de votre jardin zen. En effet, le paysagiste a ainsi choisi de mettre en valeur l’étang situé face à sa maison. Cet étang montre une partie plutôt ombragée au cœur du jardin méditation. De cette manière, le miroir d’eau composé par l’étang se mêle à la végétation pour composer un seul ensemble. La découverte de ce jardin réveillera tous vos sens. Par exemple, le tsukubaï composant un bassin d’ablution, est essentiel pour créer des jardins de thé, offrant une douce musique charmante à l’oreille.

Catégories
Comment planter des arbres et arbustes ? Comment planter des Bulbes ? Comment planter des légumes ? Comment planter des vivaces ?

Tout savoir sur l’agave

L’Agave, superbe plante grasse révèle un feuillage ample et graphique. Cette plante a divers atouts comme celui d’être facile à cultiver. De plus, la plante montre une frugalité exemplaire et elle peut se passer d’arrosage durant plusieurs semaines. Cette plante semi-rustique représente une plante vivace de prédilection dans le pourtour méditerranéen et sur la côte atlantique. Il s’agit aussi d’une excellente plante de massif et de rocaille sur gravier.

Agave : histoire de la plante

Le nom latin de la plante est Agave, elle appartient à la famille des agavaceae (comme les yuccas ou encore la tubéreuse). Sa floraison se déroule de juillet à août, pour une hauteur de 0,45 à 4 mètres, L’Agave, plante succulente ou grasse a pour origine les régions désertiques montagneuses et caillouteuses du Mexique, des Antilles et du sud des États-Unis.

Le genre comporte environ 200 espèces. La plus connue est cultivée dans les jardins du sud de la France. Son nom est l’Agave americana, plante géante, dont la naturalisation a eu lieu partout dans le monde. Il existe d’autres nombreuses variétés et espèces conçues par croisements comme l’Agave attenuata (peu épineuse et dotée d’une inflorescence en forme de « cou de cygne »). Une autre espèce est appelée l’Agave filifera dotée d’un feuillage filamenteux sans oublier l’A. ferox et l’Agave havardiana avec des épines féroces. Vous pourrez aussi admirer l’Agave victoriae reginae, avec ses belles rosettes de feuilles aux marges blanches et l’agave bleu du Mexique (appelée A. tequilana) utilisée dans la fabrication de la « tequila ».

La culture de l’agave

La plante originaire de climat aride apprécie d’être cultivée en plein soleil et dans un sol pauvre et bien drainé. Sa rusticité varie de -5°C à -23°C.

A noter que sa floraison est toujours impressionnante notamment concernant les grandes agaves. Elle apparait une seule fois alors que la plante a atteint sa maturité, après 10 à 40 années de culture. Elle  fleurit rarement en France, et il faut savoir que cette floraison précède la fin de la plante. Lors de la saison estivale, vous serez surpris par les hautes hampes florales et majestueuses. Elles peuvent culminer à 10 mètres de hauteur, l’Agave americana, au cœur des rosettes. L’Agave est une plante tout à fait adaptée aux climats chauds et secs et aux sols maigres. Il s’agit d’une vivace assez frileuse, résistant néanmoins aux gelées courtes et assez légères jusqu’à -12 degrés environ (notamment en pleine terre et dans le sud du pays). Si le sol est sec, la plante sera plus facilement résistante au gel.

Appréciant le soleil, la chaleur, et les sols arides, la plante se développe aussi parfaitement dans une terre à cactus. Assez résistante à la sécheresse, la plante tolère des températures élevées. En régions privilégiées, vous pourrez planter l’agave au soleil et dans un endroit abrité, notamment sur un terrain pentu et drainé et également dans un endroit où l’eau ne stagnera pas.

La taille et l’entretien de l’agave

L’agave une fois bien installée, se développe facilement et sans aucun soin. Il est vrai que la plante est très facile à cultiver en zones où il ne gèle pas trop fort. Si vous choisissez de la placer en pleine terre, vous aurez à protéger le pied avec un grand paillasson minéral et plein de graviers. Il s’agit d’une plante peu exigeante en eau. L’agave peut stocker l’eau et requiert ainsi peu d’arrosages. L’été, il est conseillé d’arroser une fois toutes les deux semaines. Si implantée en sol drainant, la plante s’avère être plus résistante à toute sécheresse. Vous aurez à lui apporter des arrosages si sécheresse prolongée.

Catégories
Comment planter des légumes ? Cultiver et planter

Tout savoir sur l’arrosage des tomates

L’arrosage est toujours un sujet délicat, car on ne sait jamais comment procéder. Trop arroser ou pas assez, il est important de trouver la bonne quantité. Les tomates comme la tomate ananas sont gourmandes en eau, c’est un fait. Cependant, elles sont également sensibles à l’humidité. Alors, comment procéder à l’arrosage des tomates ? Quand ? Dans cet article, nous vous proposons de découvrir tout ce que vous devez savoir sur l’arrosage des tomates.

Quelle quantité d’eau ?

Dans un premier temps, sachez que la meilleure eau pour arroser vos plants de tomates est l’eau de pluie. En effet, elle ne va pas provoquer de choc thermique aux tomates, même en étant stockée. Généralement, les tomates ont besoin de recevoir 1 litre d’eau par jour, mais cela dépend également d’autres éléments que vous devez prendre en compte. Tout d’abord, la quantité d’eau va dépendre du développement de la plante. Ses besoin en eau vont être en augmentation jusqu’à ce que les premiers fruits fassent leur apparition. Attention également à ne pas trop arroser votre pied de tomate lorsque vous venez de le mettre en terre. Cela pourrait notamment le faire pourrir. Les éléments extérieurs sont aussi à prendre en considération c’est-à-dire la température extérieure et le mode de culture. La nature du sol et le type de variété de tomate entre également en ligne de compte pour connaître la quantité d’eau que vous devez apporter.

Quand arroser vos tomates ?

Il est fortement recommandé d’arroser vos tomates le matin et de préférence de bonne heure. Si vous n’avez pas le choix, vous pouvez également le faire le soir, mais vous prenez plus de risques. Le feuillage mouillé aura plus de mal à sécher et cela sera plus favorable à l’installation des maladies. Dans tous les cas, vous devez impérativement rester régulier dans la fréquence d’arrosages de vos tomates. Une irrégularité dans vos arrosages va engendrer un stress hydrique chez vos tomates. Cela peut ensuite entrainer un éclatement des fruits ou l’apparition de noirceurs sur vos tomates. Dans tous les cas, nous vous recommandons notamment d’arroser vos tomates une fois tous les trois jours.

Comment arroser vos tomates ?

Il existe différentes techniques pour arroser vos tomates. L’arrosoir est une méthode certes classique, mais qui reste tout de même efficace. Faites tout de même attention à ne pas mouiller le feuillage. Vous pouvez également opter pour l’arrosage automatique au travers du goutte à goutte. Cela vous permet d’apporter un arrosage régulier à vos tomates et cela même en votre absence. Sachez qu’il existe de nombreux kits d’arrosages automatique en goutte à goutte dans le commerce. Pour finir, la technique de la bouteille est très utilisée également. Il vous suffit de découper le fond, de retourner la bouteille et de performer le bouchon de petits trous. Cela vous permet de profiter d’un arrosage automatique au goutte à goutte fait maison. Vous pouvez ainsi réaliser des économies tout en mettant en place un arrosage régulier qui ne vous demande pas de vous en occuper quotidiennement.

Catégories
Comment planter des légumes ?

Pourquoi et comment instruire les potagers surélevés ?

Les potagers deviennent plus modernes et ne se résument plus uniquement à une simple parcelle de terre labourée. Dans cet article, nous vous proposons d’en découvrir un peu plus sur la nouvelle tendance, le potager surélevé.

Les types de potagers surélevés

Il existe différentes sortes de potagers surélevés. Tout d’abord, le potager sur pieds vous permet de jardiner aussi bien assis que debout vos plants potager. Le potager se présente notamment sous la forme d’un bac profond doté de pieds. Ce bac peut aussi bien être en bois, en métal ou en plastique. La taille du bac varie également. Ce potager s’adapte parfaitement aux petits espaces que ce soit aussi bien sur les balcons que les terrasses et s’avère donc très ergonomique. Le second type de potager surélevé est le potager en contact avec le sol. Le principe est simple. Ce potager est constitué d’un bac sans fond de taille variable. Ce bac est alors posé sur le sol, souvent constitué de bois.

Comment construire un potager surélevé ?

Si vous désirez construire votre propre potager surélevé, c’est tout à fait possible. Il vous suffit de bricoler un peu et le tour est joué. Différents tutoriels sont présents sur internet, mais vous pouvez également concevoir vos propres plans. Sachez également que certains ouvrages sont destinés au potager surélevé comme celui de Tara Nolan. Vous pourrez notamment profiter de différentes astuces, des exemples et des plans de potager surélevé.

Les atouts du potager surélevé

Avoir recours à un potager surélevé vous permet notamment de profiter de nombreux avantages. Tout d’abord, le potager surélevé est ergonomique car il vous permet de profiter d’un réel confort pour jardiner. Vous pouvez aussi bien jardiner de manière assise que debout, sans avoir forcément à vous baisser. Sachez également que ce potager surélevé vous permet également de profiter d’une barrière efficace contre les mauvaises herbes. Ce potager permet aussi de profiter d’un excellent drainage car l’eau va s’infiltrer plus facilement. La terre a également tendance à s’infiltrer plus facilement ce qui est plutôt pratique pour les semis précoces. Ajoutons aussi que ce potager surélevé apporte une touche d’originalité à votre extérieur avec une jolie esthétique. En fonction des matériaux que vous allez choisir, le potager surélevé peut également s’adapter à tous les styles de jardin.

Bonne ou mauvaise idée ?

On peut se demander si le potager surélevé est une si bonne idée ? Sachez que c’est une excellente idée si vous possédez un espace réduit et que vous désirez jardiner. Si vous avez des problèmes de dos, cette solution peut aussi vous permettre de poursuivre votre passion du jardinage dans les meilleures conditions possibles. Si votre jardin ne possède pas un coin de terre qui vous permet de créer le potager de vos rêves, le potager surélevé est alors une excellente astuce pour vous. Le seul bémol va être notamment le temps que vous devrez accorder pour concevoir votre potager surélevé, mais ce n’est qu’un détail face aux multiples avantages dont vous pourrez profiter.

Catégories
Comment planter des arbres et arbustes ? Comment planter des légumes ? Comment planter des vivaces ?

Faire pousser son citronnier en pot

Faire pousser un citronnier dans un pot est une excellente idée pour créer une culture chez soi. Il faut savoir également que le citronnier en pot vous permettra de profiter d’une meilleure récolte qu’un citronnier en terre, tout simplement parce qu’il est à l’abri des maladies. Généralement, le climat des régions en France n’est pas favorable à la culture des citrons, mais cela s’avère tout de même possible. Découvrez en plus ici.

Ce que vous devez savoir

Le citronnier est également appelé citrus limon et peut mesurer de 1 à 3 mètres de hauteur. Il est nécessaire de le placer en situation ensoleillée et sur un sol bien drainé. Le citronnier possède un feuillage persistant et sa floraison a lieu de mars à juillet. Il vous faudra patienter novembre à mars pour récolter les beaux citrons de votre citronnier en pot.

Son rempotage

Étant donné qu’il se trouve dans un pot, le citronnier ne peut pas prendre les éléments nutritifs dont il a besoin dans le sol. Ces éléments, le citronnier va donc les trouver dans la terre présente dans le pot que vous allez lui apporter. Il est donc très important de bien rempoter votre citronnier. Ce rempotage a lieu au cours de la saison printanière et cela uniquement tous les deux à trois ans. Nous vous recommandons de choisir un terreau de très grande qualité spécifique pour les agrumes. Faites bien attention que le fond de votre pot soit bien percé. Il vous suffit ensuite de déposer quelques petits cailloux au fon de votre pot ou des billes d’argile si vous préférez pour bien drainer votre pot.

Comment tailler son citronnier en pot ?

Il faut savoir qu’aucune taille n’est vraiment nécessaire pour le citronnier en pot. Cependant, si vous ne taillez pas votre citronnier, il continuera de se développer et viendra prendre une ampleur considérable. Étant donné sa situation en pot, il est tout de même recommandé de prendre le temps de le tailler et de contrôler ainsi sa croissance en quelque sorte. Nous vous recommandons notamment de procéder à une taille annuelle en réduisant les pousses de moitié. Sachez également que cela permettra à votre citronnier de conserver une belle allure. N’oubliez pas de bien supprimer le bois mort et d’aérer l’intérieur de votre citronnier pour qu’il puisse profiter de la lumière.

Comment arroser son citronnier en pot ?

L’arrosage du citronnier est une étape très importante, car cet arbre a tendance à se dessécher très rapidement dans la terre. Durant la saison estivale, nous vous recommandons d’arroser fréquemment, et de réduire les arrosages durant la saison hivernale. Veillez tout de même à ne pas inonder votre pot. Nous vous déconseillons également de positionner votre citronnier en pot à proximité d’une source de chaleur comme un radiateur par exemple. Cela va alors avoir pour effet de dessécher encore plus votre citronnier, ce qui n’est pas bénéfique, bien au contraire.

N’oubliez pas de bien positionner votre citronnier en pot à l’abri du gel durant la saison hivernale, car cela pourrait lui être fatal.

Catégories
Comment planter des légumes ? Cultiver et planter

Créer son tout premier potager

Si vous vous demandez pourquoi il vous serait éventuellement utile de créer votre propre potager, vous êtes au bon endroit. Dans cet article, nous vous proposons notamment de découvrir quelques astuces utiles pour créer votre tout premier potager.

Les avantages du potager

Si vous accordez de l’attention à votre potager, alors sachez que vous pourrez en tirer de nombreux avantages. En effet, si vous prenez le temps de cultiver vos plants potager, de cueillir vos légumes et de les consommer, alors vous pourrez profiter de produits totalement sains et sans aucun produit chimique, ce qui est plutôt bénéfique pour votre santé. Sachez qu’en cultivant des légumes de votre propre potager, vous pourrez notamment profiter de légumes riches en vitamines et en minéraux essentiels. Sachez tout de même que vous devrez consommer rapidement vos fruits et légumes car les bénéfices ont tendance à disparaître très rapidement.

Choisir le bon emplacement

Pour créer votre potager de manière optimale, vous devez également choisir le bon emplacement. Cela signifie notamment que vous allez devoir positionner votre potager dans un emplacement sud ou sud-ouest. Prenez également bien en compte que votre potager doit impérativement être situé à l’abri du vent et de façon éloignée des grands arbres que ce soit des boulots ou encore des peupliers. N’oubliez pas également que votre sol doit impérativement être riche et que vous allez peut-être devoir travailler votre terre avant d’installer votre potager. Si votre sol comporte de nombreux cailloux par exemple, il sera nécessaire d’ajouter du compost et des fertilisants au départ. Nous vous recommandons également de positionner votre potager près d’un point d’eau pour faciliter l’irrigation des sols et l’arrosage par conséquent.

Choisir la bonne surface

Lorsque l’on débute dans la création de son potager, il n’est pas toujours évident de choisir la bonne surface de plantation. Il est parfois possible que vous ayez souvent les yeux bien plus gros que le ventre pour votre potager. Nous vous conseillons d’opter pour une parcelle de terre de 10×10 mètres pour une famille de 4 personnes. Il vous suffit alors de diviser cette surface en fonction du nombre de personnes présentes dans votre foyer. Si vous vivez seul, inutile de planter trop de fruits et légumes qui auront alors tendance à s’abîmer si vous n’avez personne à qui les donner régulièrement. Bien évidemment, si vous désirez congeler vos fruits et légumes ou réaliser des conserves, vous pouvez alors augmenter cette surface.

Choisir ses espèces

Il sera ensuite temps de choisir les espèces de fruits et légumes que vous désirez planter. Inutile de vous lancer dans la culture de fruits et légumes que vous aurez beaucoup de mal à faire pousser. Nous vous recommandons notamment d’opter pour des espèces faciles à cultiver pour votre tout premier potager. Ainsi, vous pouvez opter pour des radis, carottes, betteraves, navets, haricots, tomates, etc. Sachez notamment que les espèces en plants sont les meilleures pour débuter votre potager. Le choix est très large et vous pourrez facilement les cultiver sans aucune connaissance spécifique.

Catégories
Comment planter des légumes ?

Les chrysopes, fiche d’identité

Nommée demoiselle avec des yeux d’or, la chrysope adore les pucerons, ce prédateur de pucerons peut en dévorer 500 pendant son cycle larvaire. Voici comment les attirer dans votre potager pour vous débarrasser des pucerons de manière définitive.

La vie des chrysopes

Insecte de l’ordre des Névroptères, les chrysopes appartiennent à la famille des Chrysopidés. 25 variétés de chrysopes sur le territoire national sont répertoriées comme :

  • le Chrysoperla carnea, utilisée dans la lutte biologique
  • le Chrysoperla lucasina, surtout dans le sud de la France
  • le Chrysoperla affinis, pour le nord de la France
  • le Chrysoperla_lucasina

Que consomment-elles ? Les larves sont entomophages, c’est-à-dire qu’elles se nourrissent de thrips, de pucerons, de jeunes chenilles, d’acariens, de larves de cochenilles, … Les chrysopes adultes mangent majoritairement des nectars et pollens, des fèces d’homoptères et du miellat. D’autres variétés, Chrysopa perla, consomment des insectes une fois adultes.

Concernant le cycle de vie, les chrysopes adultes sont pendant tout l’hiver à l’abri, dans des herbes sèches, des tas de bois, des feuilles mortes, … Les femelles pondent ensuite au printemps, sur le feuillage. Les chrysopes placent leurs œufs au niveau de filaments très fins, pour les protéger des ravageurs. Mi-mai, les premières larves apparaissent en juin et juillet, c’est à cette saison qu’est constatée la présence la plus importante des chrysopes. Une fois la croissance finie, pendant l’automne, les larves se transforment en adultes, période de nymphose. Concernant l’hivernage, les chrysopes adultes passent cette saison de manière naturelle dans des tas de bois. Elles peuvent aussi passer l’hiver dans les abris de jardin et les habitations. Cependant, les adultes peuvent sortir l’hiver pour consommer des grains de pollens provenant des plantes fleurissant en hiver, comme le géranium et les noisetiers.

Au niveau des strates hautes, les chrysopes mangent du nectar et du pollen sur les strates arborescentes. Concernant les strates basses et hautes, les chrysopes sont localisées dans la végétation haute comme basse. Elles sont présentes effectivement dans des cultures, elles y pondent leurs œufs et les larves y seront plus actives.

Attirer les chrysopes dans votre potager

Pour attirer les chrysopes dans votre jardin potager, il ne faut pas traiter vos plantes. Vous éliminerez tout produit développant ainsi leur nourriture. Des arbres et des arbustes à côté du potager facilitent leur présence, elles tendent à se placer sous le feuillage des arbres dans la journée.

Si vous placez des haies fleuries, vous les attirerez et aussi si vous laissez des zones enherbées à côté du potager. Choisissez aussi des floraisons étalées tout au long de l’année. Vous pouvez aussi leur offrir le gîte pendant l’hiver et construisez un ou plusieurs refuges. Pour les aider pendant l’hiver, vous leur établirez un refuge à chrysopes. A l’aide d’une boîte en bois, de préférence non traitée, vous fabriquerez un refuge idéal à percer au niveau d’une face avec des trous de diamètre 1,5 cm. Placez cette face un peu en retrait, cela protégera l’intérieur des pluies. Puis, vous remplirez le refuge avec de la paille et vous nettoierez les abris chaque année avant de les replacer à la fin de l’été.

Catégories
Comment planter des arbres et arbustes ? Comment planter des Bulbes ? Comment planter des légumes ? Comment planter des vivaces ?

Jardiner avec la lune rousse

La lune rousse correspond à une phase particulière de la lune ou un coloris spécifique de l’astre. La lune rouge montre des éclipses de lune.

Les tâches au jardin lors de la lune rousse

Lilas, poiriers, marronniers et cerisiers en pleine floraison, vous pouvez commencer le semis de cosmos, lavatères, capucine, zinnia, œillet, dalhias et glaïeuls alors que la lunaison débute. Dans le potager, des artichauts et des pommes de terre pourront être plantés. Pour les semis des cucurbitacées, choux, carottes, panais, chicorées et laitues, protégez les semis surtout contre le gel. En mai, la glycine se couvrira de ravissantes grappes de fleurs, comme le sorbier ou le cytise.

Vos travaux au jardin vous permettront d’être plus libre après les Saints de glace du 11 au 13 mai, indiquant les dernières gelées. Dans le potager, les salades pourront être installées comme les choux, poivrons, tomates, ou cucurbitacées à semer en pleine terre, la récolte aura lieu ensuite pour les carottes, les haricots et le persil. Dans le jardin d’agrément, les annuelles se développeront dans les jardinières et les massifs, et vous sèmerez les plantes vivaces et les plantes annuelles.

Définition de la lune rousse

La lune rousse est en fait la lunaison ou période entre 2 nouvelles lunes, ainsi la durée du cycle est d’environ 29,5 jours. La lune rousse est en fait la lunaison suivant Pâques. Le printemps arrivant, les bourgeons font leur apparition et évoluent.

Les nuits fraîches ont parfois des températures très basses, le matin, apportant aux pousses fragiles, un coloris roussi. En cas de ciel dégagé et une lune apparente dans un ciel de nuit, la lune n’a aucune responsabilité concernant les pousses rousses. Néanmoins, un ciel dégagé sans nuages peut être favorable aux gelées. Aussi, il est préférable de préserver ce qui est à protéger.

Or, il est à noter qu’un hiver froid entraine un réchauffement plus long de la terre invariablement, notamment après la lune rousse. Aussi, il est préférable de ne pas se hâter pour effectuer les premières plantations de poivrons, tomates, pommes de terre ou aubergines. Vous pourrez aussi planter des pelargonium, des tabacs ou des pétunias dans le jardin d’agrément. En effet, ces plantes sont extrêmement frileuses lors des gelées printanières pendant la lune rousse.

Quelles dates pour la lune rousse en 2018 ?

Pâques aura lieu le 1er avril, cette année, aussi, pour définir la lune rousse, le calendrier lunaire doit être observé et il faudra constater le début de la lunaison suivant Pâques. La nouvelle lune commencera le 16 avril pour se prolonger 29 jours durant, date de fin le15 mai 2018.

Catégories
Comment planter des arbres et arbustes ? Comment planter des Bulbes ? Comment planter des légumes ? Comment planter des vivaces ? Cultiver et planter

L’aménagement d’un jardin en longueur

Vous bénéficiez d’un jardin en longueur à côté de votre maison, et vous ne savez comment l’aménager. Dites vous bien que vous allez pouvoir planter des belles vivaces colorées telles que des géraniums pelargoniums ou des dipladénias. Il est vrai qu’en ville, beaucoup de jardins ont cette configuration en longueur, et il exister de nombreuses possibilités d’agencement. Ainsi, des conseils sont à suivre pour aménager le vôtre afin de le mettre en valeur comme tout autre jardin classique.

Détourner le regard vers le fond

Lors de votre arrivée dans un lieu, votre regard est happé par l’ensemble de la surface en un coup d’œil. Votre jardin en longueur attirera automatiquement votre regard vers le fond, si aucune occultation n’est présente pour stopper la vue. Cette vue offre l’impression d’un espace réduit et serré, même disgracieux. Aussi, vous remarquerez que l’ensemble sera dénué de charme et d’intérêt. Afin d’éviter cette impression, il est nécessaire de casser l’effet enfilade, vous pourrez par exemple constituer des chambres vertes partagées ou compartimentées. La sensation de longueur sera ainsi cassée, par exemple, vous pouvez partager l’espace en 3 zones. Ces surfaces sont à créer selon les activités à développer, terrasse, potager, roseraie, aire de jeux enfants, jardin aquatique …

La création du « premier jardin »

Un soin tout particulier est à attribuer au premier jardin, celui situé devant la maison. La terrasse, sera elle localisée au plus près de votre maison, et au même niveau de préférence. Vous pouvez aussi réaliser des marches pour accéder au jardin. Les jardinières peuvent contenir des plantes aromatiques comme le romarin, le thym ou le persil. Elles peuvent aussi abriter des petits bonsaïs.

Cet espace ne nécessite pas d’autre séparation, et vous pourrez y positionner des végétaux parfumés, colorés et persistants de préférence. De cette façon, vous profiterez d’eux pendant la saison hivernale depuis votre intérieur. Ainsi quelques espèces sont recommandées comme l’oranger du Mexique, le Choisya Ternata, les lavandes du soleil, l’Eriostemon myoporoides (au délicieux parfum entre le mois de novembre et décembre) et l’Eleagnus ebbingei qui peut être panaché. Une autre variété à privilégier est l’érable du Japon, le corydalis et des couvres-sols aux feuillages dorés. Dans cet espace, vous y placerez toutes les plantes que vous désirez admirer depuis votre maison, en cas de mauvais temps. Placez des plantes grimpantes sur des clôtures ou autre support en bois comme les clématites, les rosiers, le jasmin, le chèvrefeuille, …

Ce premier espace peut être défini avec une haie de bambous, variétés non traçantes comme les Fargesia. Si votre haie est plantée tout en largeur, alors elle peut bouger dès le premier souffle. Elle vous permettra de vous protéger des courants d’air, présents fréquemment dans les jardins en longueur. Ne choisissez pas de variétés d’une hauteur trop imposante. Et optez plutôt pour des espèces de bambous comme les Fargesia murielae, dracocephala ou nitida. Vous avez aussi la possibilité de choisir des variétés et les espacer d’environ 80 centimètres. Il est aussi possible de créer un passage mesurant 1 mètre ou 1,20 sur le côté, il faudra éviter le centre. Ainsi, votre premier jardin sera constitué, plus en vue et qui requiert le plus d’entretien.

Ce premier jardin permet de créer une perspective concernant la terrasse en direction du jardin.

Un deuxième espace pour la détente

Ce deuxième espace est ce qu’on appelle le jardin du centre, il peut être aménagé tel un petit jardin privé, et doté de transats et poufs comme un appel à la détente et de la pelouse. Cet espace de relaxation ne sera pas visible depuis votre maison. A cet endroit, vous pourrez placer un bassin, et disposerez ce dernier dans le sens de la largeur du jardin comme une haie séparative. Il est vrai que la clôture permet de casser la sensation de longueur.

La troisième zone

Dans le fond du jardin, ce 3ème espace sera dédié au potager ou aux enfants. Vous pourrez aussi y placer une cabane avec des outils ou un poulailler.

Cet espace peut ainsi être dédié à ces diverses activités, et cette zone sera assez isolée de la maison. Il peut aussi être décoratif comme les autres espaces, en apportant une attention au choix des végétaux. Un arbre de taille réduite, comme le bouleau ou des fruitiers comme les abricotiers et aussi des haies composées de petits arbres fruitiers. Vous pouvez aussi employer des clôtures ou des murs et y placer un mûrier dépourvu d’épines. Ces clôtures pourront vous être utiles aussi pour palisser des poiriers en palmettes, ou des pommiers.

Création d’allées dites de découverte

Ces allées ne seront pas linéaires et elles ne vous mèneront pas vers le fond. En effet, ces allées ne doivent pas séparer votre jardin en 2 zones accentuant cette impression de longueur. L’impression visuelle serait encore plus désagréable. Aussi, il est recommandé de réaliser des chicanes ou des courbes, tout au long du cheminement en direction du fond. Si vous souhaitez matérialiser vos allées, vous avez la possibilité d’utiliser le même matériau pour une unité esthétique. Vous pouvez aussi sélectionner du gazon si votre jardin ne présente pas trop d’humidité à la saison froide.

Les allées

Pour décorer vos allées, des matériaux sont à privilégier comme des écorces à placer sur un géotextile. Ces écorces sont économiques et permettent un drainage correct. Le conseil à suivre est de conserver une unité concernant l’ensemble de l’aménagement, depuis la terrasse et ce jusqu’au fond du jardin, comme la pierre ou le bois. Vous pouvez ainsi personnaliser le lieu afin de ne pas créer un espace morcelé. Il apparaitra assez désordonné si les matériaux sont mélangés. L’objectif est n’est pas de créer 3 jardin, il est d’apporter du corps à l’ensemble de l’espace dans la longueur.

 

La création de haies ou de murs sur le pourtour

Afin de bien aménager votre petit jardin, vous pouvez utiliser des parois ou murs en place, afin d’y placer des plantes grimpantes. Vous tendrez des fils directement sur les murs et placerez des panneaux en bois sur un grillage. L’hortensia grimpant peut être une bonne solution. Assurez-vous que les clôtures ou les murs sont mitoyens, vous y placerez des supports adaptés à vos plantes grimpantes. En effet, les séparations du voisin ne peuvent être employées. Les végétaux seront plantés à une distance de 50 centimètres minimum des limites de séparation.

Des plantes originales

Si vous souhaitez planter des arbres, il faudra choisir des variétés naines, aussi esthétiques que leurs cousins de taille haute. Ainsi, optez pour le Ginkgo, de hauteur équivalente à 1 mètre environ ou des houx. Ces petits arbres sont à placer plutôt au premier plan de vos massifs, vous y admirerez ainsi leurs feuilles. Pour les expositions ombragées, vous pouvez planter des fougères, elles apportent un côté mystérieux tel un sous-bois. Autre variété à privilégier, les Fatsia, offrant de belles feuilles découpées, ils ornent magnifiquement les terrasses par exemple. Des bambous pourront faire l’affaire ou autres graminées ondulant au vent.