Garantie Végétale

Livraison offerte à partir de 30€

Paiement Sécurisé

Catégories
Entretenir son jardin Les maladies de plantes

Maladie des tomates : Comment lutter ?

La tomate est un fruit très touché par les maladies qui dévastent parfois des récoltes entières. Cependant, comment est-il possible de détecter rapidement la présence d’une maladie sur un plant de tomates ? Comment protéger ses plantations de manière écologique sans avoir recours à des produits chimiques ? Il est important d’agir rapidement, de surveiller tous les pieds de tomate, et de mettre en place des actions préventives pour empêcher l’apparition de ces maladies. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir comment lutter efficacement contre la maladie des tomates.

Quelles sont les règles d’or ?

Afin de prévenir l’apparition de la maladie sur les tomates, il est important de respecter la manière dont la tomate doit être cultivée, et donc son environnement. Optez plutôt pour une plantation dans un sol profond, moyennement humide et dont la terre est formée par l’humus. Vous devez impérativement éviter de planter vos tomates dans une terre où l’azote est trop présent, car cela va avoir pour conséquence de diminuer votre récolte, mais également le goût de la tomate. Si vous désirez cultiver des variétés de tomates précoces, optez pour un sol léger. Si vous désirez cultiver des variétés de tomates tardives comme la tomate ananas, optez alors pour un sol lourd. Dans tous les cas, la tomate a besoin de chaleur, c’est-à-dire de 10 degrés minimums pour pouvoir se développer convenablement. Il est aussi conseillé de mettre en place une rotation des cultures, vous évitant de propager la maladie et notamment de ne pas consommer tous les éléments nutritifs présents dans le sol. Au moment de l’effeuillage et de l’ébourgeonnage, vous devez accorder une grande attention aux éventuelles plaies. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces dernières vont permettre aux maladies de contaminer plus rapidement la tomate. Bien évidemment, vous devez arroser constamment vos pieds de tomates, et bien nettoyer à chaque utilisation tous vos outils. Cela évitera une fois de plus de propager la maladie à vos autres plantations si elle est présente.

Pourquoi des insectes sont présents sur les tomates ?

Comme vous avez pu le remarquer, il y a souvent des sortes d’insectes sur vos tomates. Ces derniers sont souvent noirs ou verts, certains sont ailés, mais ce sont tout simplement des pucerons. Il est également possible de croiser des araignées rouges sur les feuilles de vos tomates, et c’est d’ailleurs pour cette raison que vous pouvez parfois constater la présence de toiles d’araignées. Si vous cultivez vos pieds de tomates sous une serre, vous pourrez alors croiser des insectes de couleur jaune appelés tétranyques tisserands.

Quelles sont les maladies potentielles pour la tomate ?

Si vous constatez que vos feuilles de tomates sont tachées, cela signifie qu’elles sont victimes de l’alternariose. Cela se caractérise notamment par l’apparition de taches de couleur foncée. Si ces dernières sont de couleur jaune, c’est notamment parce que l’insecte cité précédemment, le tétranyque tisserand est passé par là. D’autres taches peuvent faire leur apparition, de couleur gris verdâtre, on parle alors de cladosporiose. La virose peut aussi touchée vos feuilles de tomates se caractérisant alors par des marbrures vert pâle et vert foncé. Si des taches argentées sont présentes, cela est dû aux thrips. Si des taches brunes sont présentes, c’est alors l’anthracnose. Pour finir, si les feuilles deviennent blanches, c’est alors l’œuvre de l’oïdium. Si vos feuilles de tomates ont l’air totalement desséchées, cela signifie qu’elles sont éventuellement victimes d’une attaque de tétranyque tisserand, mais dans ce cas des toiles d’araignées doivent également être présentes. Si ces dernières sont desséchées, sans toiles d’araignées, mais que des taches jaunes sont présentes, c’est alors le botrytis. Il est aussi possible que les feuilles de tomates soient recroquevillées. Elles vont alors avoir tendance à se retourner sur elles-mêmes et finissent ensuite par jaunir. Cette maladie est nommée la verticilliose. Cependant, si les bords des feuilles s’enroulent, c’est alors que vos tomates sont touchées par la virose de la tomate, tout simplement. D’autres maladies peuvent également dévorer entièrement les feuilles des tomates. On parle alors de la noctuelle si le collet est aussi touché et que des larves sont présentes dans les galeries. Prenez le temps de creuser au pied de la tomate, si vous constatez que les racines sont également touchées, cela signifie que vos tomates sont victimes du doryphore.

La maladie touche également les tiges et les rameaux

Il est possible que la maladie se développe plus rapidement que vous ne le pensiez et cette dernière peut très bien toucher les tiges ainsi que les rameaux des tomates. Dans ce cas, ces derniers vont avoir tendance à brunir avant de se nécroser. On peut alors être certain que c’est une attaque de la maladie nommée mildiou. Dans d’autres cas, la tige va se couvrir pustules et de points noirs, c’est alors le chancre. La tige peut aussi dans certains cas se jaunir, former une sorte de bande jaune et se nécroser par la suite, c’est alors la fusariose vasculaire de la tomate. Pour finir, si la tige de la tomate est couverte de taches brunes, c’est alors l’alternariose.

Sachez que certaines personnes ont également constaté que c’était l’ensemble du pied de tomate qui était touché, et non uniquement une partie. Il est alors important d’agir vite afin de ne pas perdre toute la récolte. Le pied de tomate va alors totalement se déformer, éclater, jaunir, et dépérir. C’est tout simplement l’œuvre de nématodes. Attention, dans certains cas la plante peut aussi avoir été dévorée par des escargots et des limaces. Comment le savoir ? Il suffit tout simplement de constater si des traces visqueuses sont présentes ou non.

Catégories
Entretenir son jardin Les maladies de plantes

Tout savoir sur le carabe

Son nom scientifique est Limodromus assimilis, le carabe noir révèle diverses variétés et compose l’ordre très large des coléoptères et la famille des Carabidae. Insecte long de 15 à 30 millimètres, il se déplace sur le sol à une vitesse notable et apprécie les arbres et arbustes à feuilles. Son corps comporte 3 parties, l’abdomen, le thorax et la tête qui comprend deux yeux, deux antennes et une mandibule importante. Le thorax porte deux élytres colorés et un peu métallisés, avec des petites ailes inaptes pour le vol. L’abdomen est noir et comprend trois paires de pattes griffues et mobiles, pour s’accrocher aux plantes.

Le cycle de vie du carabe

 Au printemps, il sort de terre après avoir passé l’hiver à l’abri. Il a repris des forces et se nourrit de proies différentes. Puis, le moment de la reproduction a lieu. La femelle peut pondre jusqu’à 50 œufs, vivant divers stades pour la larve avant d’évoluer en nymphe. Cette dernière deviendra adulte lors du prochain printemps.

Son mode de vie

Appréciant les sols argileux, le carabe aime aussi les haies et les diverses cultures. Se cacher dans des feuilles ou pierres lui plait beaucoup. Ce prédateur est vorace aussi lorsqu’il est caché, donc pas uniquement quand il sort de sa cachette. Il est principalement carnivore, dévorant des vers, des œufs, des petits insectes et des larves. Les adultes consomment des escargots, limaces, vers, acariens, diptères et pucerons. Il s’agit véritablement d’un incroyable auxiliaire pour les jardiniers. Ces derniers seront débarrassés naturellement d’ennemis.

Quelques variétés consomment des graines, et essentiellement issues de plantes adventices. Ces plantes sont des mauvaises herbes concurrençant les cultures. Les carabes représentent un moyen de combat biologique performant évitant l’usage conséquent d’insecticides et herbicides. Un atout pour l’environnement !

Catégories
Cultiver et planter Entretenir son jardin Les maladies de plantes Soigner vos plantes

Des conseils pour se débarrasser du rat taupier ou campagnol terrestre

Dans votre jardin ou potager, vous avez noté la présence de rats taupiers ou campagnols terrestres, il faut savoir que ce type de rongeurs choisit son domicile très facilement dans le jardin et peut ronger vos vivaces fleuries type dipladénia. Vous vous en rendrez compte facilement selon l’étendue des dégâts qu’il occasionne. Le campagnol terrestre, de son nom latin, Arvicola terrestris, ou rat taupier est très fréquent dans nos potagers de France.

Qu’est-ce qu’un rat taupier ?

Le rat taupier ou campagnol terrestre est un animal vivant principalement sous la terre, il est vrai qu’il s’agit d’un rongeur creusant des galeries comme la taupe. Toutefois, il est aussi plus imposant car sa longueur est de 12 à 20 centimètres sans la queue. Son poids ne dépasse pas les 300 grammes. Il dispose d’un pelage de couleur brun foncé sur le dessus et plus clair près de la peau. Sa queue relativement courte mesure entre 6 et 7 centimètres de longueur. Son corps est assez ramassé et trapu, et ses oreilles tout comme ses yeux sont petits, son museau arrondi dépasse. Concernant ses pattes, elles comprennent 5 orteils et 4 doigts, il a de plus des dents incisives redoutables.

Ou évolue le rat taupier ?

Sa taupinière est souvent située dans des prairies, des pelouses, potagers ou vergers. De plus, sa taupinière peut être différenciée de celle de la taupe car son entrée est relativement oblique. Il est vrai qu’il creuse toutes les galeries avec ses dents, il s’attaque ainsi aux racines et collet de navets, céleris, carottes, pommes de terre, bettes, poireaux et aussi aux racines des arbres fruitiers. Il faut noter que ce rongeur compte parmi les nuisibles en raison des dégâts causés dans l’agriculture. En effet, ce rongeur est véritablement un végétarien. A savoir, le campagnol terrestre vit à peu près deux années, aussi, il peut infester un endroit pendant toute cette période. Sa femelle peut par exemple donner 6 portées par année comportant quatre à cinq petits. La gestation de la femelle dure 3 semaines et propose une maturité d’adultes à l’âge de 4 semaines. En fait, les pullulations de ces rats peuvent entrainer des problèmes, essentiellement quand aucun prédateur n’est présent pour les éliminer.

Quelles solutions pour lutter contre les rats taupiers et campagnols ?

Afin de lutter contre les rats taupiers et campagnols, une solution consiste à introduire des prédateurs naturels. Cependant, ces animaux ne pas toujours faciles à placer à proximité de son habitation. En effet, ces types de prédateurs sont représentés par la belette, le putois, l’hermine, le loup, le lynx, le renard ou des rapaces. Par conséquent, vous avez comme solution de placer des nichoirs pour rapaces et vous pourrez aussi conserver un peu de bois ou un tas de pierre dans le fond de votre potager. Ainsi, des petits mustélidés seront attirés par ce type d’abri et pourront venir s’y loger. Par ailleurs, vous avez aussi la possibilité de tondre votre pelouse pour bien visualiser leur emplacement. Et cette opération a également l’avantage de les chasser de leurs refuges. Vous pourrez aussi placer du paillage aux pieds des arbres.

Une autre possibilité est d’adopter un chat, excellent chasseur pour les campagnols terrestres.

Comment lutter contre le rat taupier avec des plantes ?

Des plantes peuvent être aussi privilégiées comme par exemple, la fritillaire impériale révélant de belles vertus répulsives contre les campagnols. Vous avez aussi comme solution d’effectuer des pulvérisations de purin tout autour de légumes racines et de fruitiers. Cette pulvérisation peut être une bonne piste à suivre, véritable répulsif contre les campagnols. Une autre décoction à préparer peut être réalisée avec du sureau. Il faut pour cette recette, 100 grammes de feuilles de sureau bien fraîches et 1 litre d’eau. Vous aurez ainsi à placer les feuilles à tremper dans de l’eau pendant une journée complète, et vous devrez ensuite faire bouillir ce mélange pendant une demi- heure. Ensuite, il est conseillé de laisser refroidir avant de procéder à la pulvérisation pure.

Comme autre possibilité, vous pouvez employer du tourteau de ricin, produit toxique et répulsif. Il est conseillé de l’enfouir dans la terre afin d’être à proximité des galeries pour les campagnols. Ce produit ne doit pas être à la vue d’autres animaux, en raison de sa haute toxicité. Une autre solution radicale est l’installation de pièges-guillotines, vous pourrez les poser de manière verticale au cœur de la galerie. Vous pouvez aussi employer des pièges à ressort, à l’entrée de galeries. Ces deux pièges éliminent le rongeur très rapidement, le tuant immédiatement. Il s’agit de pièges aussi efficaces si pullulation.